Nice enfonce Lille sur sa pelouse !

Sale semaine pour Lille. Cinq jours après leur élimination en Coupe de la Ligue à Saint-Etienne, les Dogues ont mordu la poussière sur leur pelouse devant Nice (0-2), à l'occasion de la 21e journée de Ligue 1. Bien aidés par la maladresse des attaquants nordistes, les Aiglons ont bénéficié de deux buts de Civelli (77e) et Maupay (85e) en fin de match pour empocher les trois points de la victoire et grimper au pied du podium, avec désormais cinq points d'avance sur le LOSC.

Nice aime les clubs nordistes. Une semaine après avoir humilié Valenciennes sur leur pelouse (5-0), les joueurs de Claude Puel ont parfaitement enchainé en allant dominer Lille à l'extérieur (2-0). Une semaine pourrie pour les Dogues, qui ont raté la qualification pour la finale de la Coupe de la Ligue à Saint-Etienne (0-0, 6-5 tab) mardi et qui ont une nouvelle fois confirmé toutes les difficultés entrevues depuis le début de la saison. Des difficultés offensives surtout. Privé de Salomon Kalou et de Ryan Mendès, partis à la CAN, Rudi Garcia a vu ses attaquants gâcher une à une toutes les occasions qu'ils se sont procurés, à l'image de Payet. Le Réunionnais n'a pas cadré sa première tentative (4e), avant de “croquer” la feuille de match sur sa spécialité depuis le début de la saison : les face-à-face ratés. Pourquoi, bien lancé dans la surface, a-t-il tenté d'éviter la sortie d'Ospina, ce dernier lui enlevant parfaitement le ballon dans les pieds juste avant la pause (39e) ‘

Les ratés de Payet


A nouveau mis en échec en deuxième mi-temps (67e, 89e), Payet n'a pas été plus en réussite que Roux ou Bruno, ses coéquipiers de l'attaquant, transparents. Mis à part celle de Payet, la meilleure occasion lilloise aura été l”uvre de… Pejcinovic (22e), devant son propre but… Plombé par les absences de Mavuba, forfait sur blessure, et de Béria, blessé et remplacé à la pause, Lille a cédé dans les dernières minutes, au grand dam des quelques 30 000 spectateurs qui avaient bravé le froid et la neige pour tenter de trouver du réconfort sous le toit du Grand Stade. Malheureusement, ce sont les Aiglons qui ont réchauffé l'ambiance. Alors qu'ils ne s'étaient pas vraiment montrés dangereux (4e, 11e), gérant tant bien que mal les offensives lillois, les joueurs de Claude Puel ont plié le match en moins de dix minutes. Le temps pour Civelli de sauter plus haut que tout le monde pour reprendre de la tête un coup franc de Digard (77e, 0-1). Puis pour le jeune Maupay de signer son deuxième but dans l'élite en coupant un centre de Genevois (85e, 0-2).

De quoi plomber l'ambiance, les supporters lillois scandant les noms de Sow, Hazard ou encore Obraniak, dont les départs n'ont pas été palliés par des dirigeants nordistes, confrontés à la triste 10e place de leur équipe… Nice continue d'impressionner de son côté : l'OGCN grimpe à la 4e place du classement, à quatre longueurs du podium, et s'offre le droit de rêver à un avenir européen.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement