Un nouveau mercato atone à Bordeaux ?

Pendant l'été 2012, les dirigeants de Bordeaux n'avaient pas recruté un seul élément. Lors du mercato hivernal de cette année, le latéral droit Julien Faubert et l'attaquant Diego Rolan ont rejoint l'Aquitaine. Quid du prochain marché des transferts qui se rapproche à grands pas ?

Francis Gillot

Les Girondins ne feront pas de folies. Lors d'une interview publiée sur le site du quotidien Sud-Ouest, le patron de M6 – qui est l'actionnaire principal du club au scapulaire – Nicolas De Tavernost a évoqué la politique à venir en vue du mercato estival. Sans trop s'avancer, on peut dire que les Marine et Blanc ne devraient pas s'activer énormément. “L'objectif, lointain, reste de revenir à l'autonomie financière. Il ne sera pas tenu cette saison, ni la prochaine. Tous les clubs français à l'exception du PSG, qui s'appuie sur un mécène, sont en difficulté. Bordeaux ne fait pas exception à cette règle. Les temps sont durs, les recettes plus incertaines”, a-t-il expliqué.

Pour lui, la fameuse taxe à 75% n'arrange rien dans la mesure où elle coûtera “3 millions d'euros par an” à Bordeaux qui devra faire “le plus d'efforts possibles” pour limiter la casse. Forcément, cela va avoir un impact sur les transferts puisque le groupe M6 a fait, dixit Nicolas de Tavernost, “son devoir d'actionnaire en finançant un déficit supérieur à 10 millions d'euros” sans compter que l'édification du nouveau stade va coûter cher. Pour l'homme d'affaires, il faudra “être astucieux” pendant le marché des transferts en recrutant, par exemple, des joueurs libres de tout contrat ou à moindre coût. Par ailleurs, il pense qu'il y aura beaucoup de départs d'éléments qui ne font pas l'unanimité aux yeux de Francis Gillot.

La C3 toujours en ligne de mire

“Bordeaux possède un bon centre de formation, un bon entraîneur, des fondamentaux mais il y aura des changements significatifs dans l'équipe la saison prochaine, a-t-il promis. Des joueurs ne sont plus loin de la fin de leur contrat, d'autres n'ont pas donné satisfaction à l'entraîneur… On veut aussi garder certains joueurs mais il faudra savoir saisir les opportunités (de vente).” Pour lui cette cure d'austérité s'impose et n'a rien à voir avec “les performances sportives” de l'équipe bordelaise. “C'est une fable ! Je trouve formidable de dire qu'on affaiblit le club chaque saison alors que la masse salariale est quasiment la même depuis trois ans. On a connu des départs mais aussi des arrivées, des prolongations de contrat et des augmentations.”

Ce mercredi, Bordeaux va affronter Lens en quarts de finale de la Coupe de France. En Ligue 1, les Aquitains occupent la 9e place et espèrent toujours remonter la pente afin d'obtenir un sésame en Ligue Europa. “Nous n'avons pas de certitudes avec cette équipe et nous avons probablement laissé des forces dans le parcours en Coupe d'Europe, qui a été bon. Maintenant, il reste des points à prendre, il est très important pour le club et les joueurs d'être européens la saison prochaine. Ce sera difficile mais ce n'est pas perdu, on peut encore terminer entre la 4e et la 10e place”, a souligné Nicolas de Tavernost. La question est de savoir si Francis Gillot, qui estime que son groupe n'est pas assez étoffé, va accepter encore une fois de repartir pour un tour alors que le mercato s'annonce assez terne au Haillan.