OM : un titulaire forfait contre Angers ?

Battu sur la pelouse du RC Lens le week-end dernier, l'Olympique de Marseille doit absolument renouer avec le succès ce dimanche, face à la lanterne rouge.

Après sa défaite à Bollaert dans le cadre de la 34ème journée de Ligue 1, l'OM devra faire le plein jusqu'à la fin de la saison pour espérer retrouver la deuxième place du championnat et espérer, dans le même temps, un faux pas des Lensois. Pour les hommes d'Igor Tudor, cela commence dès ce week-end avec la réception d'Angers, déjà assuré d'évoluer en Ligue 2 la saison prochaine.

Pour cette rencontre, le technicien croate pourrait compter quelques absents. En plus d'Azzedine Ounahi et Amine Harit, forfait pour le reste de la saison, il subsiste encore des doutes quant à la présence d'Alexis Sanchez et Samuel Gigot pour la réception du SCO en clôture de la 35ème journée, tous les deux blessés à Lens. Ce jeudi, RMC a fait le point sur l'état de santé des deux joueurs.

Nouvelles rassurantes pour Sanchez, Gigot très incertain

Sorti à la mi-temps en raison d'une gêne à la cuisse, Alexis Sanchez “récupère bien” affirme le média. Le Chilien a effectué plusieurs jours de soins et quelques exercices pour “jauger ses sensations” et le club se montre plutôt rassurant quant à sa présence face à Angers. Même s'il n'est pas aligné d'entrée, l'ancien de l'Inter devrait tout de même avoir du temps de jeu.

La situation de son coéquipier est bien différente. Touché à la cheville à Bollaert, Samuel Gigot ressent encore des douleurs malgré une IRM pourtant rassurante. Sa présence est remise en cause et le club ne va sans doute pas prendre de risque tant l'ancien du Spartak Moscou est un élément important de la défense olympienne. Cette saison, le natif d'Avignon a disputé 32 rencontres toutes compétitions confondues avec l'OM (dont 27 en tant que titulaire), pour 2 buts et 2 passes décisives.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.