Mercato - OL : Juninho reconnaît une erreur de recrutement

Ancien directeur sportif de l'Olympique Lyonnais entre 2018 et 2021, Juninho n'a pas connu que des succès en termes de recrutement durant son passage dans le Rhône.

Alors que la DNCG a encadré la masse salariale et les indemnités de mutations (transferts) de l'OL cet été, John Textor et les nouveaux dirigeants des Gones ont eu les mains liées durant le dernier mercato et n'ont pas véritablement pu renforcer l'équipe. Seuls Paul Akouokou, Clinton Mata, Skelly Alvero et Ernest Nuamah ont garni les rangs de l'effectif lyonnais avant le 1er septembre.

Pour autant, les difficultés de l'OL à réaliser de bons coups sur le marché des transferts ne datent pas de l'arrivée de John Textor. C'est justement l'un des aspects qui a été reproché à Jean-Michel Aulas sur la fin de son mandat. Interrogé par Sport1, Juninho, qui occupait la fonction de directeur sportif entre 2018 et 2021, a notamment reconnu que Jérôme Boateng était notamment une grosse erreur de casting.

“Il n'a jamais pu répondre aux attentes”

Le défenseur central allemand s'entraîne actuellement avec son ancien club du Bayern Munich et pourrait y faire son retour dans les prochaines semaines : “Avec le recul, il faut reconnaître que ce n'était pas une bonne idée de le faire venir à Lyon, car le joueur n'a jamais pu répondre à nos attentes, estime l'ancien milieu de terrain. Le fait qu'il parte maintenant au Bayern est une énorme surprise. Car il n’a pas beaucoup joué la saison dernière, et qu’il s’est entraîné seul lors des quatre derniers mois. Je ne suis pas sûr que cela se passe bien à Munich.

Il est en effet surprenant que le joueur de 35 ans, qui n'a clairement pas montré un bon niveau durant son passage en France, intéresse le Bayern Munich. À moins que ce dernier ne revienne davantage dans un rôle de mentor pour le vestiaire.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.