Le plan de la Juve pour en finir avec le gouffre Pogba

Jeudi, la justice sportive italienne a infligé une suspension de quatre à Paul Pogba pour avoir été contrôlé positif à la testostérone au mois de septembre après une rencontre de Serie A. L'avenir du Français est désormais entre les mains de la Juventus.

Paul Pogba a finalement pris le maximum. Alors que le joueur négociait avec les autorités italiennes pour une suspension de deux ans, le milieu de terrain a récolté quatre ans, soit la plus grosse sanction qui pouvait lui être infligée par le Tribunal National Antidopage. Après le verdict, le Français a démenti avoir pris la substance en question de manière volontaire et a annoncé faire appel de la décision. “Je pense que le verdict est incorrect. Je n’ai jamais pris sciemment ou délibérément de suppléments qui violeraient les réglementations antidopage“, a-t-il notamment confié.

Suite à cette décision de la justice sportive italienne, la Juventus a désormais les clés en main et peut résilier le contrat du champion du monde 2018, qui est lié avec la Vieille Dame jusqu'en 2026.

Clap de fin pour Pogba à la Juventus ?

Si l'on en croit les informations obtenues par La Gazetta dello Sport, on en prend visiblement le chemin puisque la Juve va bientôt entamer des discussions avec le clan du joueur pour se délester de son contrat faramineux et ainsi économiser 30 millions d'euros. Ses dirigeants pourraient malgré tout attendre la décision du Tribunal Arbitral du Sport.

Depuis sa suspension à titre conservatoire, Paul Pogba ne touche que 2000€ par mois. Ses principaux sponsors, que sont Adidas et Pepsi pourraient également le lâcher selon L'Équipe. Les deux firmes ne souhaiteraient pas être associées à un athlète condamné pour dopage. Le dernier espoir pour le Français est de prouver au TAS que la testostérone n'a pas été ingérée de manière volontaire. Ce qu'il n'a visiblement pas réussi à prouver jusqu'à présent.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.