OM : un coup de pouce d’Ibrahimovic pour le prochain coach ?

Alors que Jean-Louis Gasset quittera l’Olympique de Marseille à l’issue de la saison, les dirigeants phocéens planchent depuis plusieurs semaines sur l’arrivée de son successeur.

Arrivé dans un rôle de pompier de service fin février, Jean-Louis Gasset a remis de l’ordre dans la maison OM et peut terminer la saison en beauté avec une finale d’Europa League et une qualification européenne via le championnat. Pour cela, les Provençaux devront commencer par s’imposer sur la pelouse de l’Atalanta Bergame jeudi prochain après un match nul encourageant au stade Vélodrome à l’aller (1-1).

Mais un sacre en C3 ne changera pas la donne quant à l’avenir du coach de 70 ans, puisqu’il est convenu, d’un commun accord, que l’aventure s’arrêtera quoiqu’il arrive en fin de saison. Si Christophe Galtier n’a pas souhaité en dire plus sur une éventuelle arrivée dans la cité phocéenne, Pablo Longoria suit d’autres profils et a inscrit le nom de Paulo Fonseca tout en haut de sa liste.

Le Milan AC privilégie la piste van Bommel

Auteur d’une nouvelle saison réussie avec le LOSC, le technicien portugais ne manque pas de prétendants. La Premier League lui fait notamment les yeux doux, tout comme l’AC Milan, qui pourrait en faire le successeur de Stefano Pioli. L’actuel entraîneur des Dogues serait l’une des priorités des Rossoneri, mais la Gazetta dello Sport croit savoir que Zlatan Ibrahimovic, désormais dirigeant du club milanais, pousserait pour une arrivée de Marco van Bommel.

Si cette information se confirme, l’OM se débarrasserait d’un gros concurrent dans ce dossier qui s’annonce particulièrement difficile à conclure. Paulo Fonseca n’a jamais caché son intérêt pour le club olympien, mais une absence de Coupe d’Europe la saison prochaine pourrait être rédhibitoire au vu des écuries intéressées par l’entraîneur lillois.

L’été dernier, le coach de 51 ans, partant pour rejoindre les Bouches-du-Rhône, avait été retenu par ses dirigeants. Cet été, il sera libre de s’engager où il le désire.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.