PSG : Tebas a des preuves de tricherie sur le fair-play financier

Le président de la Ligue espagnole de football, Javier Tebas, a enfoncé le clou sur le non-respect des règles du fair-play financier par le Paris Saint-Germain.

Javier Tebas, Liga

Dans le cadre d’une interview accordée au journal L’Equipe, le dirigeant espagnol a de nouveau tapé du poing sur la table contre le club de la capitale. « C’est se mentir à soi-même de penser cela. Je critique le PSG car il ne génère pas l’argent pour avoir l’effectif qu’il a. Cela provoque une distorsion de concurrence dans l’économie du football européen. Cela ne correspond pas à du sponsoring réel. Comment le PSG peut nous expliquer qu’il a un effectif d’une valeur de quasiment 600 millions d’euros ? S’il gagne la Ligue 1, il ne va pas gagner plus de 45 millions d’euros… C’est impossible. J’ai invité le président du PSG (Nasser Al-Khelaïfi) et celui de la Ligue française (Vincent Labrune) pour leur montrer les chiffres que nous avons et où sont les irrégularités. Ils ne m’ont pas répondu. Ils sont rapides pour me critiquer, pas pour me répondre. »

Javier Tebas va même plus loin et avoue avoir des preuves contre le Paris Saint-Germain. « Je peux montrer, chiffres à l’appui, les tricheries vis-à-vis du fair-play financier, qui n’a pas encore été changé. Avant Messi, le PSG avait un sponsoring 40 % plus important que celui de Manchester United… Il y a une valeur de marché… Que Messi et Neymar restent au PSG, ça m’est égal. C’est seulement que tout cela fait beaucoup de mal au football européen. Je ne suis pas le seul à le dire. Le PSG a échappé à une sanction pour un vice de procédure, pas sur le fond. »