Ronaldo victime d’une attaque cardiaque en 1998 ?

Le 12 juillet 1998 restera à tout jamais gravé dans l’histoire du football français. C’est ce jour-là que les Bleus ont remporté la Coupe du monde 1998 au Stade de France contre l’équipe du Brésil emmenée par un Ronaldo patraque (3-0).

Ronaldo

Une histoire qui ressort du placard. Peu avant le coup d’envoi de la finale du Mondial, Ronaldo avait, on le croyait jusqu’à présent, eu une crise d’épilepsie très sérieuse. C’était son coéquipier Roberto Carlos qui avait appelé le staff auriverde à temps pour conduire “Il Fenomeno” à l’hôpital afin qu’il passe des examens neurologiques. Finalement, l’attaquant vedette de la Seleção avait pu prendre part au match contre les Bleus durant lequel sa performance avait été indigente. Sur la chaîne italienne Mediaset, un cardiologue nommé Bruno Carù a assuré qu’en réalité Ronaldo aurait été victime d’une attaque cardiaque très sérieuse !

“Ronaldo était allongé sur son lit et suivait le Grand Prix de Formule 1. Sans s’en rendre compte, il a penché la tête anormalement. Cela a comprimé un petit organe responsable de la régulation du rythme cardiaque et de la pression artérielle. Ronaldo a alors eu une chute soudaine de sa fréquence cardiaque et il s’est évanoui à la suite de convulsions”, a raconté ce spécialiste. Fort heureusement pour lui, “Il Fenomeno” a pu compter sur son coéquipier Roberto Carlos qui a prévenu aussitôt le staff médical de la Seleção et indiqué que, selon lui, le buteur a sûrement été victime d’une crise d’épilepsie.

Une erreur de diagnostic

“Une fois à l’hôpital, le joueur a été soumis à un ensemble complet de tests. Mais nous savons bien qu’un neurologue ne perd pas de temps à étudier un électrocardiogramme. Ce dernier montre pourtant que Ronaldo avait une fréquence cardiaque de seulement 18 pulsations par minute ce qui signifie que le coeur était pratiquement arrêté à ce moment-là”, a expliqué Bruno Carù. Avant la finale, les médecins s’étaient donc contentés de donner un médicament (le Gardenale, utilisé par Marilyn Monroe pour se suicider en 1962, ndlr) pour l’épilepsie à Ronaldo sans se douter qu’il souffrait peut-être d’un autre mal sérieux.

Résultat, la star brésilienne s’est retrouvée sur la pelouse du Stade de France avec à la clef une prestation indigne de son talent. Cela expliquerait pourquoi le joueur était dans un piteux état le lendemain au moment de prendre l’avion pour le Brésil. Tel un homme ivre, il avait beaucoup de mal à garder l’équilibre. Pratiquement quatorze ans après cet épisode, force est de constater que le malaise célèbre “d’Il Fenomeno” n’a pas fini de faire parler…