PSG, Hamraoui : “Leur objectif était simple : briser mes jambes et mettre un terme à ma carrière”

Alors que son ex-coéquipière Aminata Diallo a été mise en examen, Kheira Hamraoui a décidé de briser le silence en s'exprimant sur son agression, datant du 14 novembre 2021.

Kheira Hamraoui, PSG, Paris Saint-Germain

Sur son compte Twitter, la joueuse du Paris Saint-Germain a dit vouloir “sortir du silence” pour raconter la nuit où elle a “cru mourir” : “Après de longs mois de souffrance, j'ai décidé de sortir du silence. Je n'oublierai jamais cette soirée du 14 novembre 2021. Elle me hante nuits et jours. Cette sombre soirée qui a fait basculer ma vie personnelle et professionnelle, ma vie de femme et de footballeuse. Cette triste soirée où j'ai cru mourir lorsque deux hommes cagoulés m'ont obligée à sortir de force d'un véhicule. Ils m'ont rouée de coups de barre de fer en visant essentiellement le bas de mon corps. Cette nuit-là, leur objectif était simple : ôter par une violence extrême mon outil de travail en brisant mes jambes et mettre un terme à ma carrière”.

“Je suis victime” rappelle Hamraoui

Kheira Hamraoui revient ensuite sur la “cabale médiatique” dont elle se dit la victime depuis plusieurs mois : “A la suite de cette expérience ô combien traumatisante qui s'est transformée en absolue injustice, j'ai été victime d'une surprenante cabale médiatique dans le but de salir mon image et ma vie privée. La finalité était d'éloigner l'opinion publique de la vérité : je suis victime. Certainement pas coupable, sauf sans doute de m'être emmurée dans le silence qui sied à ma pudeur.”

La coéquipière et ex-concurrente directe de Kheira Hamraoui au PSG et en Équipe de France, Aminata Diallo, conduisait la victime en voiture à Chatou, près de Paris, quand l'agression a eu lieu. Aminata Diallo, désormais sans contrat, a été mise en examen pour “violences aggravées”, avec quatre autres hommes, mais n'a pas reconnu sa participation à l'agression devant les enquêteurs, pour le moment.