Le chef-d’œuvre de Richarlison, le manque d’ambition de la Serbie… les Tops-Flops de Brésil-Serbie

Après une première mi-temps bien terne, le Brésil s'est finalement imposé 2-0 contre la Serbie, grâce à un doublé de l'attaquant de Tottenham Richarlison (62e, 73e), lors de son premier match de la Coupe du monde 2022 au Qatar. La sélection auriverde est première de son groupe, le G, à la différence de buts, devant la Suisse, qui s'est imposée 1-0 contre le Cameroun un peu plus tôt dans la journée.

Richarlison Vinicius Jr Brésil

Les Tops de Brésil-Serbie

Richarlison, l'homme providentiel

Complètement absent des débats en première mi-temps, avec à peine 20 ballons touchés, Richarlison a finalement illuminé la rencontre avec son deuxième but, une reprise acrobatique sublime au point de penalty, consécutive à un contrôle à moitié raté et ayant fait monter le ballon en hauteur au-dessus de sa tête (73e). Dix minutes plus tôt (62e), l'attaquant des Spurs (2 buts cette saison seulement) avait opportunément repris un ballon repoussé par Vanja Milinkovic-Savic après une frappe de Vinicius Jr. Souvent esseulé en pointe, Richarlison a finalement fait ce qu'on lui demandait : marquer sur ses quelques opportunités.

L'organisation défensive serbe

Oui, la Serbie s'est inclinée 2-0 contre le Brésil, donc l'organisation défensive serbe a eu des failles que la Seleçao a pu exploiter. Mais les hommes de Dragan Stojkovic ont peut-être montré aux autres nations ce qu'il fallait faire, au moins en première mi-temps, pour contrecarrer les plans du Brésil. C'est-à-dire imposer un duel physique permanent que les frêles attaquants brésiliens tiennent rarement, défendre à deux sur les attaquants adverses souvent esseulés dans le dispositif de Tite – voir plus loin -, et les empêcher de combiner dans les petits espaces, la solution presque exclusivement choisie par les Brésiliens. Neymar, notamment, a bien été muselé par l'organisation défensive serbe et est même sorti sur blessure, en 2e mi-temps.

Un Milinkovic-Savic peut en cacher un autre

Frère de la star de la Lazio, Sergej Milinkovic-Savic, Vanja, le portier de la Serbie ce soir, a longtemps repoussé les assauts brésiliens, notamment en première période. Si le gardien de but du Torino, âgé de 25 ans, concède finalement deux buts de Richarlison, dont un particulièrement sublime, la Serbie peut lui dire merci, avec 6 arrêts et un poteau. Pas suffisant face au Brésil, certes, mais avec Vanja Milinkovic-Savic, la Serbie pourra espérer contre le Cameroun, lundi, puis face à la Suisse, vendredi prochain, pour, pourquoi pas, sortir du groupe.

Les Flops de Brésil-Serbie

Le manque d'ambition de la Serbie

Certes, l'organisation défensive de la Serbie peut inspirer les futurs adversaires du Brésil, mais pas son animation offensive. Le sélectionneur Dragan Stojkovic, plutôt concentré sur le fait de ne pas prendre de but, a délaissé l'attaque de son équipe, alors que le technicien dispose de très bons joueurs (Dusan Tadic, Sergej Milinkovic-Savic et Aleksandr Mitrovic, avec Dusan Vlahovic sur le banc). Au final, la Serbie n'a jamais vraiment inquiété l'arrière-garde du Brésil (5 tirs, aucun cadré), alors que la formation européenne avait a priori les moyens de le faire.

Tite, une animation qui interroge

Le Brésil a gagné 2-0, et peut se satisfaire de ce résultat. La compétition débute, donc la sélection auriverde, grande favorite de la Coupe du monde 2022, a le temps de monter en puissance. Mais ce premier match laisse une grande interrogation quant au projet de jeu de Tite. Le sélectionneur brésilien dispose d'un vivier offensif très impressionnant (Neymar, Vinicius, Richarlison, Raphinha titulaires ce soir, avec Anthony, Rodrygo ou encore Gabriel Jesus sur le banc) et se base beaucoup sur lui. Mais peut-être trop. En effet, les 4 de devant sont bien seuls : Casemiro n'a jamais vraiment dépassé sa fonction, Lucas Paqueta a trop peu apporté, et les latéraux brésiliens ont eu ostensiblement pour consignes de ne pas participer aux actions offensives. De fait, Neymar et ses compères ont dû bien souvent se débrouiller tout seuls, en multipliant les dribbles et les combinaisons en sous-nombre. Ce soir, ça a souri aux Brésiliens en deuxième mi-temps, mais ça ne sera pas toujours le cas face à des joueurs défensifs plus huppés que ceux de la Serbie – et il y en a beaucoup, a priori, dans la compétition.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement