Deschamps-Le Graët, ce n’est pas encore réglé !

Le quotidien L'Equipe croit savoir que le sélectionneur de l'équipe de France, Didier Deschamps, ne s'est toujours pas entendu avec la Fédération française de football et son président Noël Le Graët au sujet de la prolongation de son contrat.

Didier Deschamps, France Equipe de France presse

De la friture dans l'air ? Sauf coup de théâtre, Didier Deschamps poursuivra l'aventure sur le banc de l'équipe de France, un poste de sélectionneur national que le technicien de 54 ans occupe depuis juillet 2012 et sa nomination en lieu et place de Laurent Blanc. Un peu plus de quatre ans après avoir conduit la France au sacre à la Coupe du monde 2018, un peu plus de deux semaines après la finale du Mondial au Qatar perdue face à l'Argentine, tout porte à croire que le Bayonnais décidera de prolonger le plaisir, un choix qui lui appartient puisque Noël Le Graët avait réclamé que les partenaires de Kylian Mbappé se qualifient à minima pour les demi-finales.

2024 pour l'un, 2026 pour l'autre

Si l'ancien entraîneur de l'Olympique de Marseille a discuté avec le président de la Fédération française de football, jeudi dernier à Guingamp, un accord n'a toujours pas été trouvé entre les deux hommes quant à la durée de son contrat, dixit les informations du quotidien sportif L'Equipe qui parle d'une “prolongation sous condition.” Sur ce point, “DD” n'est pas sur la même longueur d'onde que le dirigeant breton. D'un côté, Didier Deschamps vise la signature d'un contrat à long terme, précisément jusqu'à la Coupe du monde 2026 organisée par les Etats-Unis, le Mexique et le Canada. Le natif du Pays Basque ne souhaite ainsi pas se retrouver sous la pression d'une possible arrivée de son ancien coéquipier Zinedine Zidane, qui reste à l'affût et demeure le favori à sa succession.

De son côté, Noël Le Graët attend que son “salarié” s'engage sur une période plus courte, à savoir jusqu'en 2024, date du championnat d'Europe que l'Allemagne accueillera sur son sol. Selon nos confrères, le patron du football français n'entend pas prolonger un homme – lié à un salaire de 2,5 millions d'euros brut par an – dont le bail irait plus loin dans le temps que son propre mandat de président de la 3F, dont les prochaines élections sont prévues dans deux ans. Affaire à suivre dans ces prochains jours, même si l'issue ne fait aucun doute. Pour rappel, Didier Deschamps peut se targuer d'un bilan comptable de 90 victoires en 140 matchs dirigés depuis plus de dix ans, pour 26 nuls et seulement 24 défaites.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement