Mbappé éteint, Messi absent, Verratti coupable… Les Tops-Flops de Bayern Munich-PSG

Battu au match aller sur le score de 1-0, le Paris Saint-Germain s'est incliné une nouvelle fois face au Bayern Munich, cette fois-ci sur le score de 2-0, au match retour. Le club français quitte la Ligue des Champions sans gloire, dès les huitièmes de finale, pour la deuxième année de suite. Une (nouvelle) désillusion pour le PSG en C1.

Les Tops de Bayern Munich-PSG

Bayern Munich, la forteresse imprenable

Il fallait faire une performance majuscule pour éteindre Kylian Mbappé, la seule véritable menace d'un PSG qui manque de repères collectifs. Et le Bayern Munich s'est appliqué à le faire, ce soir, à l'Allianz Arena, avec brio. Impériale, la doublette Dayot Upamecano-Matthijs de Ligt a efficacement éteint les velléités offensives parisiennes, et particulièrement le duo Kylian Mbappé-Lionel Messi, malgré quelques frayeurs en première période, sur des contres mal menés par l'attaque française. Il a fallu notamment un vif Matthijs de Ligt pour repousser sur sa ligne la frappe pas assez puissante du Portugais Vitinha, à la 38e, après une perte de balle de Yann Sommer. En seconde période, le Bayern a eu largement la main sur le match, et les offensives parisiennes se sont principalement résumées à des coups de têtes sur corners de Sergio Ramos. Trop peu pour inquiéter la formation allemande, qui n'a pris que deux buts cette saison en Ligue des Champions. Et aucun face au PSG de Christophe Galtier.

Le collectif bavarois vs les individualités parisiennes

Le Bayern Munich a multiplié les bonnes performances individuelles ce soir (Jamal Musiala, Joshua Kimmich, Alphonso Davies, Dayot Upamecano, Matthijs de Ligt), mais c'est surtout collectivement que le club allemand a dominé la rencontre et le PSG. Certes, la partie fut serrée en première période, quand Paris a su presser haut l'équipe munichoise, qui a de fait réalisé quelques erreurs qui auraient pu coûter cher (la perte de balle de Yann Sommer, à la 38e ; des courses parisiennes dans le dos des centraux, ci et là). Malgré tout, après la pause, les Munichois sont parvenus à asphyxier le milieu du terrain du PSG, et par la même occasion les quelques individualités parisiennes qui avaient pu faire des différences en première période, grâce à un pressing efficace et une maîtrise technique de tous les instants. Et en muselant Lionel Messi par des prises à deux (ou à trois), le Bayern a coupé la (seule ?) rampe de lancement pour Kylian Mbappé, de fait isolé toute la partie. Un très gros travail collectif, en somme.

La paire Danilo-Ramos n'a pas suffi

Les seules satisfactions côté PSG ? Danilo Pereira et Sergio Ramos. Abandonné par le Brésilien Marquinhos (sorti à la 36e sur blessure), le duo défensif a su faire planer une menace offensive sur les cages du Bayern Munich (Sergio Ramos, sur corner, deux fois en seconde mi-temps), tandis que le Portugais Danilo Pereira, initialement milieu défensif, s'est signalé par plusieurs interventions déterminantes dans sa surface. Ce fut intéressant, mais très certainement insuffisant pour poursuivre l'aventure au-delà des 8es de finale.

Les Flops de Bayern Munich-PSG

Verratti, le coupable

L'Italien Marco Verratti a régulièrement clamé en interview qu'il préférait prendre un but que de dégager la balle en touche en étant pressé par un adversaire, devant sa surface. Malheureusement pour le PSG, ce scénario est survenu ce soir contre le Bayern. À la 61e minute de jeu, l'Italien a reçu le ballon devant sa surface. Pressé par un adversaire, Marco Verratti a crocheté vers l'arrière, sans voir que Thomas Müller trainait par là. L'Allemand lui a proprement piqué la balle, pour la passer immédiatement à Leon Goretzka, qui effaça Sergio Ramos d'une passe pour Eric-Maxim Choupo-Moting qui, seul, ouvrit le score (1-0). Coupable (sur le 2e but, le milieu perd à nouveau le ballon, mais la sanction est moins immédiate), l'Italien incarne la noyade du milieu de terrain de son équipe. Performants en première mi-temps, les trois numéros 8 du PSG (Verratti-Vitinha-Ruiz), tous un peu trop dans le même registre, ont coulé en seconde période, en étant dominé de la tête et des épaules par le duo Joshua Kimmich-Leon Goretzka, plus précis techniquement, plus malin dans les récupérations de balle et plus polyvalent dans les profils. Il a manqué à ce PSG-là un joueur plus offensif, pour soutenir les attaques parisiennes, tout en étant capable de presser et de faire un vrai travail défensif. Sur la longueur d'un 8e de finale de C1 de haut niveau, ni Marco Verrati, ni Fabian Ruiz, ni Vitinha n'ont pu le faire.

Mbappé éteint, Messi absent

Kylian Mbappé était craint par la presse allemande avant la rencontre. Le Français a été absent des débats, en ne touchant que 32 ballons ce soir. Esseulé, l'attaquant supersonique n'a fait aucune différence ou presque, et n'a réalisé qu'un tir cadré, signe que le travail collectif défensif du Bayern Munich de Julian Nagelsmann fut efficace. De son côté, Lionel Messi, bien pressé par les Munichois, n'a pas non plus existé. L'Argentin a perdu beaucoup de ballons en 1e période, dans la bonne mi-temps du PSG, avant de décliner sensiblement en seconde, quand Paris a coulé dans les grandes largeurs. Les deux stars, orphelines de la troisième (Neymar), n'ont plus que la Ligue 1 à jouer cette saison, désormais. Une très grande désillusion.

Maxime Brun
Rédacteur cinéphile et fan de l'OM, j'aime les numéros 10 et les jolies passes.