Le capitaine Mbappé montre la voie, la déroute néerlandaise… Les Tops-Flops de France-Pays-Bas

Dans un Stade de France plein à craquer, qui a fêté les néo-retraités de la Coupe du monde 2022 (Hugo Lloris, Steve Mandanda, Raphaël Varane), ainsi que Blaise Matuidi, avant la rencontre, l'Équipe de France a fait sa fête aux Pays-Bas, avec un score sans appel (4-0). L'ère du nouveau capitaine des Bleus, Kylian Mbappé, démarre idéalement dans les éliminatoires pour l'Euro 2024.

Les Tops de France-Pays-Bas

Le capitaine Mbappé montre la voie

L'attaquant parisien, brassard sur le bras au début de la rencontre pour la première fois de sa carrière en Bleu, a bien lancé son mandat avec une éclatante victoire 4-0 contre les Pays-Bas, grâce à un doublé et une passe décisive. Altruiste, Kylian Mbappé a trouvé dès la 1e minute de jeu son ancien rival pour le capitanat, Antoine Griezmann, pour l'ouverture du score, avant d'inscrire un premier but sur un duel avec Casper Cillessen (21e), après une feinte géniale de Randal Kolo Muani, qui trompa toute la défense néerlandaise. Le Parisien a également dépassé Karim Benzema au classement des meilleurs buteurs de l'histoire des Bleus (38 réalisations), avec son deuxième but, impressionnant de maîtrise : une double feinte de frappe pour mettre sur les fesses les deux défenseurs des Pays-Bas devant lui, pour ensuite déclencher une frappe sèche sur le côté droit de Casper Cillessen. Impressionnant.

L'entame parfaite des Bleus

Comme son capitaine, le jeune et précoce Kylian Mbappé (24 ans), l'Équipe de France n'a pas pris son temps, ce vendredi, contre les Pays-Bas. Avant la 2e minute du match, les Bleus ont ouvert la marque, par Antoine Griezmann, avant de doubler la mise dès la 8e, sur un cafouillage consécutif à un coup-franc dont a profité le défenseur Dayot Upamecano (8e). Enfin, à la 27e minute et 47 secondes de jeu selon le compte Twitter des Bleus, la France a inscrit une troisième but, grâce à Kylian Mbappé. Une entame canon, que l'EdF n'avait pas vécu depuis 70 ans et une rencontre face au Luxembourg, en 1953 (les Bleus menaient 3-0 à la 10e minute de jeu). Un 4e but est venu clore la marque, à la 88e.

Konaté-Upamecano, la doublette impériale

Associés en défense centrale après de bonnes performances à la Coupe du monde 2022, Ibrahima Konaté et Dayot Upamecano ont particulièrement brillé contre les Pays-Bas. Solide défensivement, face au très esseulé Memphis Depay d'abord, puis contre le puissant Wout Weghorst ensuite (entré en jeu dès la 33e min de jeu), l'arrière-garde a tenu bon tout le match et a marqué des points auprès de Didier Deschamps pour une reconduite du duo à l'avenir. Dayot Upamecano a même inscrit un but opportuniste, à la 8e, et Ibrahima Konaté s'est signalé par plusieurs montées de balle tranchantes, qui auraient pu être décisives. Le penalty consécutif à une main assombrit à peine la prestation de la doublette, puisque Mike Maignan, spécialiste de l'exercice, a rattrapé l'erreur en arrêtant le tir raté de Memphis Depay (90+3e).

Griezmann, le brillant second

Déçu de ne pas avoir été nommé capitaine des Bleus, à la place de Kylian Mbappé, Antoine Griezmann n'a pas montré de déception durant la rencontre du soir. Buteur précoce (1e), déterminant sur le 2e but (8e), pas avare en effort défensif (sa récupération de balle après un tacle glissé lance notamment l'action du 1er but des Bleus), l'attaquant de l'Atlético Madrid a été déterminant dans la large victoire française, contre la Hollande. Positionné en numéro 8 offensif, Antoine Griezmann, cheveux peroxydés, a fait du bien aux Bleus, qui ont encore besoin de son volume de jeu, alors que le Français s'interrogerait sur son avenir international, à 32 ans.

Les Flops de France-Pays-Bas

Le retour raté de Koeman

Certes, les Pays-Bas étaient très largement diminués face aux Bleus avant la rencontre du soir, avec les absences conjuguées de Frenkie de Jong et Steven Bergwjin sur blessure (remplacés par Donyell Malen et Joey Veerman dans le groupe), et de Matthijs de Ligt, Sven Botman ou de Cody Gakpo à cause d'un virus. Mais les hommes du nouveau sélectionneur Ronal Koeman, qui dirigeait l'équipe nationale pour la première fois depuis son précédent passage (2018-2020), ont été méconnaissables, en première période particulièrement, au point d'encaisser trois buts avant la 30e, sans jamais rien proposer offensivement pour rattraper au score les joueurs de Didier Deschamps. Sans idée, techniquement imprécis, avec une possession statique et stérile, les Pays-Bas ont surtout fait preuve de largesses défensives rédhibitoires, notamment sur le côté droit, d'où sont venus deux des trois premiers buts des Bleus ce soir. Le latéral Jurriën Timber et le jeune central Lutsharel Geertruida, qui ont permuté en seconde mi-temps, ont tous deux vécu un vrai calvaire, même si ce soir, personne n'a brillé chez les Néerlandais. Et notamment pas le portier Casper Cillessen, fautif sur le second but avec une sortie ratée sur un coup-franc dans la surface d'Antoine Griezmann. En somme, une soirée de retour à oublier pour Ronald Koeman.

Coman, la fausse note

Ce soir, chez les Bleus, une individualité a été légèrement en deçà des autres : Kingsley Coman. Opposé au côté fort (Nathan Aké, Virgil Van Dijk) de la très faible défense néerlandaise, l'attaquant du Bayern Munich est apparu en difficulté. Auteur de 19 pertes de balle, record de l'EdF, en seulement 59 minutes de jeu, Kingsley Coman, emprunté techniquement, a rarement réussi à passer son adversaire direct, malgré une multiplication de dribbles. Le Bavarois pourrait être devancé par Moussa Diaby, son remplaçant ce vendredi soir, dès le prochain match contre l'Irlande, lundi.

Maxime Brun
Rédacteur cinéphile et fan de l'OM, j'aime les numéros 10 et les jolies passes.