Lens : Haise sait comment faire mal à l’OM

Le combat sera rude entre le Racing Club de Lens et l'Olympique de Marseille ce samedi soir pour la deuxième place du championnat. En conférence de presse, Franck Haise s'est exprimé sur l'aspect tactique de la rencontre.

Un petit point sépare l'Olympique de Marseille (2ème), du RC Lens (3ème). Le choc de cette 34ème journée au stade Bollaert sera donc décisif dans la course à une place qualificative en Ligue des Champions. D'autant plus que les deux équipes sont particulièrement à l'aise dans ces conditions : l'OM est la deuxième meilleure équipe d'Europe à l'extérieur, alors que Lens mène le bal à domicile en Ligue 1.

On peut donc s'attendre à un duel très disputé entre deux formations qui pratiquent un football similaire, même si Franck Haise constate évidemment des différences notables entre son équipe et celle d'Igor Tudor : “Oui, on a des points de ressemblances avec l'OM, mais aussi des différences sur le pressing notamment. Il ne se fait pas de la même manière. Il y a également de la différence dans l'animation offensive. C'est pour cela que j'aime bien cette équipe de l'OM.

“Sortir de la pression et garder le temps d'avance”

Si ce pressing tout-terrain des Marseillais a souvent fait mal aux adversaires, il peut également laisser beaucoup d'espace dans le dos lorsque l'équipe adverse parvient à réaliser ses premières relances et à se sortir du marquage. C'est précisément sur ce point que Franck Haise compte appuyer pour faire mal à l'OM : “Le pressing marseillais n'a pas d'équivalent dans le championnat. Beaucoup d'équipes se cassent les dents. Il faudra sortir de la pression et garder des temps d'avance pour faire mal.

Même si c'était contre le cours du jeu, les Sang et Or étaient parvenus à le faire lors du match aller, en allant s'imposer au stade Vélodrome (0-1). Mais on sait que les Olympiens ne sont pas les mêmes clients hors de leurs bases.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.