Mercato - Bosz retrouve un banc prestigieux !

Libre depuis son départ de l'Olympique Lyonnais au mois d'octobre, Peter Bosz va relever un nouveau challenge chez un double champion d'Europe.

En raison des mauvais résultats de l'équipe et notamment de l'absence de qualification en Coupe d'Europe, Peter Bosz avait été limogé de son poste d'entraîneur de l'Olympique Lyonnais deux mois après le début de la saison 2022-2023. Le technicien néerlandais avait été remplacé par Laurent Blanc sur le banc des Gones. Quelques semaines plus tard, il avait accordé une interview à ESPN, détaillant les raisons de son échec dans le Rhône : “Il y a bien sûr une raison pour laquelle ils n'ont plus gagné de titres dans les années qui m'ont précédé. À mon avis, trop de pouvoir était accordé aux joueurs et il n'y avait pas vraiment de mentalité de gagnant au club, a-t-il estimé. Ils ont tout aimé, mais ils n'étaient pas prêts à performer“, avait-il expliqué à l'époque.

Pour rappel, Bosz a conclu son aventure lyonnaise avec un bilan de 27 victoires, 16 nuls et 15 défaites.

Bosz va prendre les rênes du PSV Eindhoven

Moins d'un an après son licenciement, le Batave va retrouver un banc et non des moindres, puisqu'il va prendre la succession de Ruud Van Nistelrooy à la tête du PSV Eindhoven. Les coéquipiers de Xavi Simons sortent d'une très belle saison avec une deuxième place en Eredivisie devant l'Ajax Amsterdam et un titre en Coupe des Pays-Bas. Eindhoven pourrait d'ailleurs retrouver l'Olympique de Marseille en barrage de la Ligue des Champions.

Le club a annoncé l'arrive du technicien hollandais part l'intermédiaire d'un communiqué : “Le PSV est heureux d’annoncer la nomination de Peter Bosz en tant que nouvel entraîneur. Âgé de 59 ans, il signera un contrat de trois ans. Le directeur du football du PSV, Earnest Stewart, est satisfait que le poste d’entraîneur vacant ait été pourvu aussi rapidement. Il était notre candidat idéal“, peut-on notamment lire.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.