Mercato - PSG : Luis Enrique a identifié sa priorité à Lyon

Après un début de mercato mouvementé du côté des arrivées, le Paris Saint-Germain ne compte pas s'arrêter là. Luis Enrique lui-même aurait un nouveau joueur dans le viseur.

Malgré les arrivées successives de Milan Skriniar, Lucas Hernandez, Kan-in Lee, Manuel Ugarte, Cher Ndour et Marco Asensio, le PSG est loin d'en avoir terminé avec son mercato. Les dirigeants franciliens ont prévu de recruter un gardien remplaçant (voire même un numéro 1 bis) et de renforcer le secteur offensif avec notamment la venue d'un attaquant de pointe. Les noms d'Harry Kane (qui se dirige vers le Bayern), de Victor Osimhen et de Dusan Vlahovic figurent sur la short list de Luis Campos.

Ce jeudi soir, nos confrères de RMC nous apprennent qu'un autre dossier est tout en haut de la liste : celui menant à Bradley Barcola. Le jeune joueur de l'Olympique Lyonnais serait même la priorité du nouvel entraîneur parisien Luis Enrique, rapporte le média.

Contacts établis entre le PSG et Barcola

Sur la même longueur d'onde avec le manager espagnol, Luis Campos est en discussion avec l'international U20 depuis plusieurs semaines. RMC explique que le profil du joueur de 20 ans “correspond à tous les critères recherchés“. En ce sens, l'ancien coach du FC Barcelone aimerait l'aligner à droite dans son 4-3-3. Ce dernier aurait, lui aussi, discuté à plusieurs reprises avec Bradley Barcola ces dernières semaines, pour le convaincre de venir renforcer les rangs du champion de France en titre.

Alors que Transfermarkt l'évalue à “seulement” 18 millions d'euros, on imagine que l'OL n'est pas prêt à le lâcher à ce prix-là. Pour débaucher l'attaquant, le Paris Saint-Germain devra mettre le prix, ce qui ne devrait pas vraiment poser de problèmes à Doha. D'autant plus que Bradley Barcola sort d'une très bonne saison avec les Gones avec 31 matchs disputés (dont 20 titularisations), pour 7 buts et 9 passes décisives.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.