Di Meco vole au secours de l’OL

Auteur d’un début de saison raté, l’Olympique Lyonnais occupe actuellement la 17ème place de Ligue 1, après avoir pris son premier point sur la pelouse de l’OGC Nice ce week-end (0-0).

Voir l’OL dans la zone de relégation est une vraie anomalie pour les moins de 30 ans, tant le club a souvent trusté le haut du tableau depuis que Jean-Michel Aulas l’a repris au bord de la faillite en 1987, après être remonté en première division deux ans plus tard. Pour autant, cette 17ème place n’est pas due au hasard tant les hommes de Laurent Blanc ont été en difficulté lors des trois premières rencontres.

Battus à Strasbourg (2-1) puis giflés face à Montpellier (1-4), les Gones sont sortis avec le point du nul de leur déplacement à l’Allianz Riviera ce dimanche soir, mais n’ont strictement rien produit dans le jeu. De quoi légitimement penser que le septuple champion de France va lutter pour sa survie en Ligue 1 cette année ?

“Lyon qui joue le maintien, je n’y crois pas”

Sur les ondes de RMC, Eric Di Meco a estimé que le club allait se relever dans les prochaines semaines. Pour le champion d’Europe 93, ce sont les absences de plusieurs cadres qui sont en grande partie responsables des mauvais résultats actuels : “Lyon qui joue le maintien, je n’y crois pas, tranche l’ancien latéral gauche de l’OM. Il manque trois joueurs importants dans cette équipe : Lopes, Lovren et Lacazette. On ne se rend pas compte à quel point le premier cité rapporte des points à l’OL chaque année. Ces trois joueurs, ça fait une épine dorsale. Je ne dis pas que les Lyonnais vont se régaler cette saison, il souffre déjà et ça pourrait être long, mais lutter pour ne pas descendre, je n’y crois pas avec l’équipe type. Si on me dit qu’il y a 14 équipes supérieures à Lyon, je ne vais pas le croire.

Dans un championnat qui ne compte plus que 34 journées, les hommes de Laurent Blanc seraient tout de même bien inspirés d’inscrire rapidement quelques points pour se replacer au classement. Ce sera sans doute compliqué dès la semaine prochaine, puisque l’OL reçoit le Paris Saint-Germain.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.