OM : un retour important dans le groupe

Pour défier l'AEK Athènes ce jeudi soir au stade Vélodrome, l'Olympique de Marseille pourra compter sur le retour d'un taulier. Gennaro Gattuso a convoqué 20 joueurs pour cette rencontre.

Alors que le technicien italien n'a signé qu'un seul succès depuis son arrivée sur le banc olympien, l'objectif sera évidemment de repartir avec la victoire lors de cet affrontement face à une solide équipe de l'AEK Athènes, en tête du groupe d'Europa League. Gennaro Gattuso sait à quoi s'attendre, lui qui a coaché quelque temps en Grèce : “Ce sera une rencontre complètement différente par rapport à Nice ou Brighton. C'est une équipe très compliquée, dangereuse, physique. L'AEK a un jeu différent, plus français, plus qu'européen. Il va falloir qu'on soit vraiment dans le match, pas juste techniquement, sinon ce sera un match très compliqué pour nous“, a-t-il confié en conférence de presse.

L'entraîneur de l'OM connaît parfaitement le style de jeu de Matias Almeyda : “C'est un joueur qui était semblable à moi-même. On était des guerriers. Son équipe lui ressemble. C'était dur de jouer contre lui et c'est dur de jouer contre son équipe, elle n'abandonne jamais. Il faudra faire un grand match.

Gigot présent dans le groupe

Privé de son gardien titulaire Pau Lopez et de Joaquin Correa, Gattuso peut compter sur le retour de Samuel Gigot, sur le flanc depuis plusieurs semaines en raison d'une blessure aux côtes. “Gigot travaille depuis trois semaines, mais c'est encore un peu fragile“, avait-il pourtant confié en conférence de presse mercredi. Une titularisation du Français semble donc difficile à envisager.

Le technicien transalpin a estimé que la victoire était obligatoire : “On est obligés de gagner demain, avec un record d'affluence en Europe pour l'OM. Ça nous motive de voir le Vélodrome plein, ça nous pousse. On veut enflammer le stade, du coup d'envoi à la 95e minute.” Les 65 000 supporters marseillais répondront sans aucun doute présents dans les tribunes. Aux hommes de Gattuso d'en faire de même.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.