OM : Gattuso annonce deux forfaits et deux retours face au LOSC

Privé d'Olympico dimanche, l'Olympique de Marseille a profité d'une trêve imprévue pour parfaire certains détails de la méthode Gennaro Gattuso. Les Phocéens affrontent le LOSC samedi.

Après avoir battu l'AEK Athènes jeudi dernier, l'OM va-t-il enchaîner une deuxième victoire de rang pour la première fois de la saison ? Les hommes de Gennaro Gattuso devront se méfier d'une équipe lilloise qui revient fort ces dernières semaines.

Le technicien italien semble craindre particulièrement les Dogues, comme il l'a confié en conférence de presse : “C'est une équipe qui est très intéressante du point de vue technique, une équipe très rapide, analyse Rino. Il faudra vraiment être très attentifs. Il faudra que l'interprétation du match soit impeccable. Ils réussissent à marquer après une perte de balle. Il faudra faire attention aux transitions défensives, ne pas perdre de ballon quand on est dans leur surface. On ne veut pas être ultra offensif, il faut parfois attendre. Il faudrait une grande prestation de notre part, et ça pourrait ne pas suffire. On peut aussi les mettre en difficulté si on joue avec courage et personnalité.

Deux titulaires de retour face au LOSC ?

Pour ce duel, l'entraîneur marseillais pourra compter sur le retour de Samuel Gigot, remis de sa blessure aux côtes et sans doute Pau Lopez qui s'est entraîné avec le groupe ces derniers jours après une lésion musculaire. Cependant, deux joueurs restent toujours à l'infirmerie : “Lopez s'entraîne avec nous, j'espère qu'on l'aura aussi pour le match. Blanco a quelques petits soucis. Mughe a une gêne au quadriceps, Balerdi est suspendu et Ounahi non plus n'est pas disponible. Pour le reste, quelques pépins, mais rien de trop grave“, a révélé Gattuso.

Mes choix qui sont dictés par le travail de la semaine“, a-t-il également expliqué. Pour la réception du LOSC, le coach italien pourrait reconduire son 4-3-3 avec Geoffrey Kondogbia, Valentin Rongier et Jordan Veretout au milieu.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.