OM : sanction réduite pour un joueur de Gattuso !

Initialement, Gennaro Gattuso devait être privé d'Iliman Ndiaye et de Jonathan Clauss, suspendus, pour le duel entre l'Olympique de Marseille et Clermont dimanche, dans le cadre de la 16ème journée de Ligue 1. L'un d'entre eux a vu sa sanction être réduite.

Depuis le début du mois de décembre, les Olympiens ont enchaîné trois victoires consécutives en Ligue 1 face à Rennes (2-0), Lyon (3-0) et Lorient (2-4), leur permettant ainsi de grimper à la sixième place au classement. Lors de deux de ses trois rencontres, les joueurs de Gennaro Gattuso ont terminé la rencontre à dix suite aux exclusions d'Iliman Ndiaye (Rennes) et Jonathan Clauss (Lorient).

Dans une période où l'OM enchaîne tous les trois jours jusqu'à la trêve, l'entraîneur olympien sera sans doute satisfait de voir que la sanction infligée à l'attaquant sénégalais a été réduite par le CNOSF.

De 3 matchs ferme à 2+1

En effet, le recours des Marseillais a reçu une suite favorable puisque l'instance a décidé de réduire la sanction d'Iliman Ndiaye, de trois matchs ferme à deux + un avec sursis. Ayant déjà purgé ses deux matchs face à Lyon et à Lorient, l'ancien joueur de Sheffield United sera donc dans le groupe pour affronter Clermont au stade Vélodrome dimanche.

Le joueur de 23 ans déçoit depuis qu'il a rejoint l'OM cet été, mais il aura au moins le mérite d'offrir une solution supplémentaire à Gattuso pour son onze de départ, même si l'Italien pourrait reconduire son duo composé de Pierre-Emerick Aubameyang et Vitinha sur le front de l'attaque. Lors de ses 21 premiers matchs sous la tunique olympienne, Ndiaye a inscrit un but et délivré deux passes décisives toutes compétitions confondues.

Avant la trêve, les Marseillais recevront donc les Auvergnats et boucleront l'année 2023 par un déplacement à Montpellier mercredi soir. Prendre six points leur permettrait de se rapprocher encore un peu plus de l'objectif initial, à savoir terminer dans le Top 4.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.