Mercato - Un ancien taulier de l’OM vise un retour en L1 !

Visiblement pas satisfait de sa situation, un ancien joueur de l'Olympique de Marseille souhaiterait mettre les voiles. Un retour en Ligue 1 serait la priorité.

Après avoir évolué cinq saisons sous la tunique de l'OM entre 2015 et 2020, Bouna Sarr avait été recruté par le Bayern Munich, alors que l'international sénégalais avait été repositionné latéral droit par Rudi Garcia lors de la saison 2017-2018. Performant à ce poste, Sarr avait tapé dans l’œil des Bavarois, mais sa carrière n'a jamais vraiment décollé en Bundesliga en raison de ses performances, mais aussi des blessures.

Ces derniers jours, le joueur qui a débuté au FC Metz a retrouvé le chemin de l'entraîneur individuel après une rupture des ligaments croisés en décembre, mais n'est pas sûr de rejouer d'ici à la fin de la saison. Son compteur pourrait donc rester bloqué à 33 petits matchs joués en l'espace de quatre ans. Le joueur de 32 ans arrive en fin de contrat au mois de juin.

300 000€ par mois au Bayern Munich

Sans surprise, Bouna Sarr ne va pas prolonger l'aventure en Allemagne et souhaiterait d'ailleurs revenir en Ligue 1 si l'on en croit les informations obtenues par Foot Mercato. Nul doute que quelques clubs pourraient lui offrir un contrat, mais avant cela, il faudra s'assurer que le joueur a retrouvé toutes ses capacités après sa sérieuse blessure au genou. Le recruter constituera évidemment un pari puisque Sarr débarquera dans son nouveau club en manque de rythme.

Le natif de Lyon devra sans doute revoir ses émoluments à la baisse pour revenir dans le championnat de France, lui qui touche pas moins de 300 000 euros du côté de la Bavière. Durant son passage dans la cité phocéenne, le Sénégalais avait disputé 181 toutes compétitions confondues, pour 8 buts inscrits. Il a également participé à la campagne de Ligue Europa et avait même été titulaire lors de la finale contre l'Atlético Madrid.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.