Mercato - PSG : un indice de taille sur l’avenir de Campos ?

Conseiller sportif du Paris Saint-Germain depuis deux saisons, Luis Campos semble avoir un avenir incertain dans la capitale. Des rumeurs font notamment état de tensions avec Antero Henrique, revenu aux affaires en tant que responsable des ventes sur le marché des transferts.

C'est peu dire que Luis Campos a la main mise sur la construction de l'effectif du PSG depuis deux saisons. Cet été, le dirigeant portugais a notamment fait signer des joueurs comme Vitinha, Bradley Barcola, Gonçalo Ramos ou encore Marco Asensio. Même si le jeu n'a pas toujours été au rendez-vous cette saison, force est de constater que les résultats, eux, sont bien présents puisque le club francilien va décrocher un nouveau titre de champion de France et peut même réaliser une incroyable triplé, bien que le chemin soit encore long en Ligue des Champions.

Pour autant, l'avenir de Luis Campos a fait couler beaucoup d'encre ces dernières semaines, notamment avec le retour au sein du club d'Antero Henrique, qui est désormais chargé de s'occuper des ventes lors du mercato. Les deux hommes ne seraient pas les meilleurs amis du monde, Campos reprochant à son compatriote de marcher sur ses plates bandes. Le retour d'Henrique dans l'organigramme menace-t-il l'avenir de Luis Campos au PSG ? Visiblement pas.

Luis Campos conforté par l'émir

En effet, selon les informations obtenues par nos confrères du Parisien, Tamim bin Hamad al-Thani, l’émir du Qatar, en visite au Campus PSG il y a quelques jours, en a profité pour “adouber” le directeur sportif, selon les propres termes du quotidien. Cela n'a “échappé à aucun salarié” précise le média.

Selon toute vraisemblance, Luis Campos pourrait donc effectuer une troisième saison chez le champion de France en titre et garder ainsi la main sur le recrutement. Durant l'intersaison, le Portugais devrait sans doute davantage travailler main dans la main avec Luis Enrique.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.