PSG : flamboyant avec l’Espagne, Ruiz est aux anges !

Ce samedi après-midi, l'Espagne a surclassé la Croatie dans le choc du Groupe B (3-0). La Roja s'est largement imposée grâce à des buts d'Alvaro Morata, Fabian Ruiz et Dani Carvajal et prend confiance avant d'affronter l'Italie dans quelques jours.

L'Espagne a pris la tête du groupe de la mort. Dans un match attendu face à la Croatie, troisième de la dernière Coupe du monde au Qatar,  dans le cadre de la première journée du Groupe B de l'Euro 2024, les hommes de Luis de la Fuente ont répondu présent collectivement. Profitant d'une erreur défensive de la défense centrale adversaire, Fabian Ruiz a lancé Alvaro Morata dans la profondeur, qui est allé battre Dominik Livakovic. Le milieu de terrain du PSG s'est ensuite chargé de doubler la mise à la demi-heure de jeu sur un enchaînement de grande classe.

Après le coup de sifflet final, le joueur de 28 ans a savouré sa prestation et celle de son équipe, au micro de l'UEFA.

“Nous avons réalisé tout ce que nous voulions en tant qu'équipe”

Le plus important, c'est notre victoire, a rappelé Fabian Ruiz. La passe décisive était importante, mais le but l'était tout autant. Je pense que l'équipe s'est très bien comportée. Nous avons fait ce que nous voulions et nous avons travaillé très dur pour y arriver. Nous avons réalisé tout ce que nous voulions en tant qu'équipe, ce qui est important.

Le constat était similaire du côté du capitaine Alvaro Morata. “C’était important de commencer comme ça. J’ai vu une belle équipe, avec beaucoup d’enthousiasme. Nous avons pressé haut une grande sélection. C’est ce qu’il faut faire : serrer l’adversaire dès le début. Je savais que Fabian, si les ailes s’ouvraient, il allait voir de l’espace dans le couloir. Puis, il a mis sa frappe. Maintenant, il faut penser au prochain match.

Dans cinq jours, la Roja a rendez-vous avec l'Italie.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.