OM : 4 prétendants de Balerdi dévoilés !

Auteur d'une saison remarquée sous la tunique de l'Olympique de Marseille, Leonardo Balerdi attise la convoitise de nombreux clubs européens. Malgré la volonté de bâtir autour de l'international argentin, les dirigeants marseillais restent à l'écoute des offres le concernant.

Je trouve que c’est un très gros défenseur. Je discute beaucoup avec lui, c'est un garçon charmant, un professionnel hors pair. Il a un grand avenir dans le football“, déclarait Jean-Louis Gasset à son sujet il y a quelques semaines. Visiblement, il n'est pas le seul à le penser au vu des clubs intéressés par l'ancien joueur du Borussia Dortmund. Rare satisfaction de l'OM cette saison, le joueur de 25 ans est également l'une des plus grosses valeurs marchandes de l'effectif. De quoi faire réfléchir les dirigeants.

Depuis la fin de la saison, Pablo Longoria souhaite prolonger le contrat de l'Argentin, qui expire en 2026 et souhaite en faire l'un des cadres du nouveau projet avec Roberto De Zerbi. L'entraîneur italien aurait d'ailleurs dans l'idée de l'associer à Lilian Brassier la saison prochaine. Une grosse offre pourrait-elle faire changer d'avis l'état-major marseillais ? Difficile à dire.

Balerdi a l'embarras du choix en cas de départ

Une chose est sûre, des offres vont très certainement arriver. Selon L'Equipe, quatre clubs ont fait part de leur intérêt pour Leonardo Balerdi actuellement. Le plus pressant d'entre eux n'est autre que l'Atalanta Bergame, que l'OM a affronté en demi-finale de l'Europa League. En Serie A, le Napoli serait également attentif à sa situation. Certains clubs allemands sont également sur les rangs, tout comme Newcastle et Bournemouth en Premier League.

Toujours selon le quotidien, la direction évoque des “discussions constructives” quant à sa prolongation. A plusieurs reprises, l'Argentin a fait part de sa volonté de poursuivre l'aventure au club, et ce, malgré l'absence de Ligue des Champions la saison prochaine.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.