Un choc en toc, Dembélé mission imprécision, Rabiot défense d’attaquer… Les Tops-Flops de Pays-Bas-France

Dans un match sans relief, la France et les Pays-Bas se sont quittés sur un match nul (0-0) ce vendredi soir. Les Néerlandais sont premiers du groupe D à la différence de buts devant les Bleus (2ᵉ).

Les Tops de Pays-Bas-France

Kanté, encore lui

Difficile de trouver des tops dans une rencontre finalement assez terne, mais notre choix, dans le cas de l'équipe de France, se porte encore sur l'ancien joueur de Chelsea. Comme lors de la première rencontre face à l'Autriche – victoire 1-0 -, N'Golo Kanté a été au four et au moulin au milieu du terrain, en multipliant les courses, les bonnes interventions défensives – 4 récupérations – ainsi que les projections offensives – 3 occasions créées -, en cassant les lignes le plus souvent par la course. Actif et infatigable, le joueur d'Al-Ittihad (Arabie saoudite), qui n'a pas perdu un ballon, apparaît encore une fois comme l'homme du match côté français, peut-être un peu plus par défaut que lors de la rencontre précédente.

Van Dijk, la tour de contrôle

L'ambition négative des Pays-Bas aurait dû sanctionner l'équipe néerlandaise en termes de “tops”, mais il faut aussi savoir souligner qu'une équipe si solide défensivement a pu bénéficier de la présence du défenseur central de Liverpool. Impérial toute la rencontre dans sa surface de réparation, notamment dans les airs, Virgil Van Dijk, surpris deux fois par le jeu dos au but de Marcus Thuram, a néanmoins tenu la baraque, alors que les Bleus ont forcé sur Stefan De Vrij (32 ans), le maillon faible de la charnière. Signe que le capitaine des Néerlandais était craint, à raison.

Les Flops de Pays-Bas-France

Rabiot, défense d'attaquer

Le choix très Didier Deschamps de remplacer numériquement Kylian Mbappé par un milieu défensif – Aurélien Tchouaméni – dans le onze de départ a poussé le milieu défensif-relayeur Adrien Rabiot à se positionner plus haut sur le terrain, dans un rôle de milieu offensif gauche à la Blaide Matuidi. Plutôt pertinent d'un point de vue strictement défensif – 6 récupérations de balle -, l'ex-Parisien, actif et combatif, a naturellement manqué d'adresse offensivement, ce qui a pu coûter le point du nul aux Bleus. D'entrée de jeu (3ᵉ), le joueur de la Juve a été envoyé dans la profondeur par Marcus Thuram, mais l'ex-Parisien, qui avait légèrement devancé son adversaire et pouvait filer au but en poursuivant sa course, s'est plutôt arrêté pour attendre du soutien, avant de mettre le ballon en retrait. Le pire est venu à la 13ᵉ : trouvé dans le dos de Virgil Van Dijk par une talonnade inspirée de Marcus Thuram – c'est donc à souligner -, Adrien Rabiot a, au lieu de casser la cage adverse, fait une passe en taclant vers Antoine Griezmann, qui ne s'y attendait pas, et a raté à moitié le ballon en voulant tirer dans l'urgence. Si l'accusé n'a pas tout fait mal offensivement – un bon centre à la 42ᵉ, 4 occasions créées dans le match -, et a même été très bon dans le travail défensif, on peut regretter sa maladresse offensive handicapante in fine.

Dembélé, mission imprécision

Habitué à décevoir les espoirs parisiens toute la saison ou presque par son imprécision dans le dernier geste, qui est assez hallucinante à ce niveau, Ousmane Dembélé a proposé une prestation dans cette droite lignée avec les Bleus, ce vendredi soir. Plutôt en réussite dans les dribbles – 3 réussis -, le Tricolore de 27 ans n'a pas tout raté – 2 occasions créées -, mais n'était pas dans un bon soir offensivement, au point de frustrer. À la 67ᵉ, une action a résumé sa rencontre : après avoir donné le tournis par ses feintes de corps et ses dribbles à Nathan Aké, le Parisien a envoyé le ballon en tribune sur une frappe bien trop forte et imprécise. Que de frustration !

L'ambition du nul

Si la première mi-temps a pu réserver son lot d'occasions presque franches et de volonté presque fortes de marquer un but, en particulier du côté de l'équipe de France – 15 tirs et 1,42 xG sur le match -, la seconde période de ce choc finalement en toc n'a pas donné grand-chose. Les Pays-Bas, bien contents du point du nul, n'ont pas voulu attaquer, et ont donc multiplier les passes en défense. Devant eux, des Bleus, frileux, n'ont pas voulu les presser, ce qui a donné lieu, parfois, à 1 minute 30 de passes néerlandaises sans autre but que de faire circuler la balle. Un ennui mortel, que Didier Deschamps n'a pas voulu gêner : son double changement à la 70ᵉ a été du poste pour poste. Les trois milieux défensifs qui ont entamé la rencontre – Aurélien Tchouaméni, N'Golo Kanté, Adrien Rabiot – l'ont donc fini. Or, pour l'instant, la France est 2ᵉ de son groupe à la différence de buts. Espérons pour DD que ça ne lui joue pas des tours pour la suite de la compétition…

Maxime Brun
Rédacteur cinéphile et fan de l'OM, j'aime les numéros 10 et les jolies passes.