OL : l’échange surréaliste entre Aulas et Niakhaté !

Jeudi, l'Olympique Lyonnais a annoncé la signature de Moussa Niakhaté pour 31 M€ en provenance de Nottingham Forest. Un premier renfort qui donne le ton et montre les ambitions des Gones, qui disputeront l'Europa League cette saison.

Pour son premier renfort estival, l'OL n'a pas hésité à mettre les moyens. Pour améliorer le secteur défensif de l'effectif de Pierre Sage, qui n'a pas vraiment donné satisfaction la saison dernière, les décideurs lyonnais ont décidé de jeter leur dévolu sur Moussa Niakhaté. Pour convaincre Nottingham Forest de le lâcher, le 6ème de Ligue 1 a déboursé pas moins de 31 M€, soit l'un des plus gros transferts de l'histoire du club. Un montant particulièrement élevé pour un joueur à qui il ne restait qu'un an de contrat.

Après avoir porté les couleurs de Valenciennes et du FC Metz, l'international sénégalais va donc faire son retour en France. Au moment de sa signature, il s'est d'ailleurs remémoré une discussion avec Jean-Michel Aulas en 2018, lorsqu'il évoluait chez les Grenats.

“Tôt ou tard, tu seras lyonnais”

C’est incroyable. Quand Lyon était venu à Saint-Symphorien en avril 2018, ils nous avaient mis 5-0. C’était un de mes pires matchs, j’avais vraiment été mauvais, j’étais fautif sur les deux premiers buts, s'est remémoré le joueur de 28 ans sur OL Play. Et à la fin du match, quand on descend pour repartir dans nos vestiaires respectifs, Monsieur Aulas, qui était en béquilles à ce moment-là, serre la main aux 22 acteurs. Et quand il me serre la main, il garde ma main et il dit devant tout le monde : ‘tôt ou tard, tu seras Lyonnais.' Il n’y avait pas spécialement de contact avec Lyon. Six ans après, me voilà.

Moussa Niakhaté s'est engagé pour les quatre prochaines saisons avec l'OL. Pour rappel, Pierre Sage pourrait perdre Jake O'Brien cet été, l'Irlandais étant courtisé par de nombreuses écuries européennes.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.