Mbappé sait pourquoi Joao Félix a raté sa tentative !

Pour la première fois depuis la Coupe du monde 1998, l'équipe de France a remporté une séance de tirs au but. Auteur d'un 5/5 dans l'exercice, les Bleus ont profité du raté de Joao Félix, qui a touché le poteau, pour s'adjuger le match et rallier le dernier carré de cet Euro 2024.

Au terme d'un match tendu et qui aurait pu basculer d'un côté comme de l'autre, la France a une nouvelle fois fait pencher la balance du bon côté en obtenant son ticket pour les demi-finales de l'Euro lors de la séance de tirs au but. Un soulagement pour un groupe qui avait été éliminé aux tirs au but lors de la dernière édition et avait surtout vu son rêve de devenir double champion du monde s'envoler dans les mêmes conditions. Malgré la sortie de Kylian Mbappé et d'Antoine Griezmann, deux potentiels tireurs, les hommes de Didier Deschamps ont tous parfaitement transformé leur tentative, à l'image de Jules Koundé.

De son côté, Mbappé a regardé la séance depuis le banc de touche et a tenu à rendre hommage à Mike Maignan. Pour le Bondynois, si Joao Félix a touché le poteau sur sa frappe, c'est en grande partie lié à la prestance du portier français.

“Il sait qu'il y a un gardien qui peut aller la chercher”

Il fait peur, a expliqué le capitaine des Bleus en zone mixte. Je pense que je n'ai pas l'explication exacte, mais je pense que quand Joao Félix tire sur le poteau, il sait qu'il y a un gardien qui peut aller la chercher. Moi je suis tireur, quand tu as un gardien qui peut aller la chercher, tu sais que tu essayes d'avoir l'angle, et des fois, l'angle, c'est le poteau. On a eu de la réussite sur ça, mais je pense que Mike a une part importante dans tout ça, car, au-delà des penalties, son match il était top et on était très content de l'avoir.

Pour retrouver la finale, huit ans après l'édition en France, les Bleus devront venir à bout de l'Espagne mardi soir.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.