Mercato - OM : une vente à plus de 20 M€ en préparation ?

Après avoir empoché une quarantaine de millions d'euros grâce aux ventes de Vitinha et d'Iliman Ndiaye, l'Olympique de Marseille pourrait réaliser une nouveau bon coup sur le marché des transferts. Selon la presse britannique, une écurie de Premier League en pince pour un joueur de Roberto De Zerbi.

Depuis qu'il est devenu dirigeant de l'OM en 2020, Pablo Longoria n'a pas souvent réussi à valoriser ses joueurs et à faire rentrer de l'argent dans les caisses du club grâce aux ventes. C'est d'ailleurs un point qui lui a été régulièrement reproché par le passé, en plus de sa tendance à renouveler trop régulièrement l'effectif. Si un énorme turnover devrait une nouvelle fois avoir lieu cet été, le président olympien semble avoir corrigé le tir en ce qui concerne les sorties de joueurs.

Contre toute attente, les Phocéens sont parvenus à tirer un bon prix pour Vitinha (20 M€ au Genoa) au vu de ses performances et ont également réussi à réaliser une légère plus value sur le transfert d'Iliman Ndiaye, recruté l'été dernier (18,5 M€ à Everton). Une opération similaire pourrait avoir lieu avec Ismaïla Sarr, lui aussi poussé vers la sortie par ses dirigeants.

Crystal Palace souhaite en faire le remplaçant d'Olise

En effet, d'après les éléments recueillis par The Sun, Ismaïla Sarr figure sur les tablettes de Crystal Palace, qui voit en lui le successeur de Michael Olise, parti rejoindre le Bayern Munich pour près de 60 M€. Le coach Oliver Glasner serait séduit par le profil de l'international sénégalais.

Recruté pour environ 12 M€ lors de la dernière intersaison, le joueur de 26 ans pourrait rapporter gros à l'OM, qui demanderait environ 23 M€ pour laisser filer son ailier droit. Crystal Palace dispose évidemment des fonds nécessaires pour payer l'opération, mais les Eagles seront-ils enclins à débourser autant pour un joueur qui n'a pas vraiment performé la saison dernière ? Réponse dans les prochains jours.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.