Forfait pour le reste de l’Euro, Pedri répond à Kroos !

Suite à une grosse faute de Toni Kroos lors du quart de finale de l'Euro entre l'Espagne et l'Allemagne, Pedri a dû quitter ses partenaires après 18 minutes de jeu. La pépite du FC Barcelone a également été contrainte de déclarer forfait pour le reste de la compétition.

Face à l'équipe de France en demi-finale, la Roja va se présenter sans Dani Carvajal et Robin Le Normand (suspendu), mais également sans Pedri, victime d'une entorse du genou après un gros choc avec Toni Kroos. Une faute grossière de la part du joueur du Real Madrid qui ne lui a même pas valu un carton jaune. Face à la blessure sérieuse du milieu de terrain espagnol, Toni Kroos s'était publiquement excusé. “Je demande pardon et souhaite un bon rétablissement à Pedri. Ce n’était pas mon intention de te faire du mal. Prompt rétablissement et tout le meilleur. Tu es un grand joueur“, avait notamment écrit l'Allemand sur ses réseaux sociaux.

Ce dimanche, le natif de Bajamar a donné de ses nouvelles et en a profité pour répondre au futur retraité.

“Ces choses arrivent, c’est le foot”

Je suis venu en Allemagne pour gagner l’Euro, je vais rester ici, jusqu’à la fin, a annoncé Pedri sur son compte Instagram. Le rêve se poursuit, n’en doutez pas. Cette semaine je vais supporter et aider d’une autre façon cette grande famille qu’est La Roja. Votre soutien est incroyable. Le moment le plus dur est passé et le chemin du retour commence, pour être rapidement au top avec le FC Barcelone. Merci Toni Kroos pour ton message. Ces choses arrivent, c’est le foot. Ta carrière et ton palmarès seront là pour toujours. Je veux juste dire une chose de plus : vive l’Espagne !

Mardi soir, Luis de la Fuente devrait titulariser Dani Olmo à la place du Barcelonais, lui qui a signé un grand match face à la Mannschaft en quart.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.