OL : les déclarations lunaires de Thiago Almada

Il y a quelques jours, le groupe de John Textor, Eagle Football, s'est attaché les services de Thiago Almada pour 20 millions d'euros. L'Argentin rejoindra l'Olympique Lyonnais au mois de janvier, après quelques mois sous les couleurs de Botafogo.

Le week-end dernier, le club de Botafogo, détenu par John Textor, a annoncé l'arrivée de l'international argentin Thiago Almada. Il ne s'agit cependant que d'une aventure de six mois pour celui qui s'apprête à disputer les Jeux Olympiques de Paris dans une quinzaine de jours puisqu'il rejoindra l'OL dès le mois de janvier. “Thiago a été recruté par notre staff en France“, expliquait d'ailleurs Eagle Football, le groupe de l'Américain.

Le joueur de 23 ans a été présenté officiellement à la presse et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il a tenté de séduire les supporters du club carioca. Alors que ce dernier ne jouera sans doute qu'une vingtaine de matchs pour Botafogo, Thiago Almada souhaite tout simplement… entrer dans la légende de l'écurie brésilienne.

“Je veux vraiment devenir une idole”

Je ne réfléchis pas encore à Lyon, a-t-il d'abord reconnu. J’ai signé pour cinq ans avec Botafogo. Je me concentre à 100% sur Botafogo. Ensuite, nous pourrons parler de mon avenir. Premièrement, je veux rester à 100% à Botafogo, gagner un titre et ensuite, nous nous occuperons de mon avenir. Je n’y pense pas. Je veux montrer pourquoi ils m’ont acheté, je veux tout montrer sur le terrain. Mon objectif est de donner le meilleur au club et de rester dans l’histoire du club. La Libertadores, c’est mon rêve. Je veux vraiment devenir une idole à Botafogo.

Cet objectif sera sans doute difficile à atteindre pour l'Argentin, mais on peut tout de même lui souhaiter bonne chance. Lors de la saison qui vient de s'écouler, il a disputé 17 matchs avec Atlanta, pour 6 buts.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.