Mercato OM : l’avenir de Milik, les cas Thauvin et Kamara… Longoria s’exprime sur le mercato

Intronisé nouveau président de l’Olympique de Marseille, Pablo Longoria a longuement évoqué le prochain mercato estival du club.

Pablo Longoria

Dans un entretien donné mardi à RMC, le boss marseillais a annoncé qu’il fera le point avec le propriétaire Frank McCourt pour « demander les moyens à disposition. » L’Espagnol prévient que la direction n’exclut pas un profond chamboulement de l’effectif de Jorge Sampaoli. « On doit être créatifs et imaginatifs pour faire la meilleure équipe possible dans les circonstances actuelles. Toutes les équipes changent sept-huit joueurs d’une saison à l’autre. Ce n’est pas un problème de changer beaucoup de joueurs. Il y a des joueurs en prêt, des options d’achat. On va valider tous les joueurs de manière individuelle pour voir ceux qui vont continuer avec nous. On va avoir beaucoup d’informations et de discussions avec Sampaoli pour comprendre la situation de chaque joueur. »

Le dirigeant de 34 ans s’est montré rassurant sur l’avenir à court terme de l’attaquant polonais Arkadiusz Milik, prêté pendant 18 mois par Naples lors du dernier mercato hivernal. En cas d’offre reçue par le Napoli, l’avant-centre de 27 ans n’a que peu de chances de quitter les Bouches-du-Rhône. « On a le contrôle du joueur. C’est un montage économique très compliqué, c’est une opération très créative. L’Olympique de Marseille a le contrôle total, à moins de rentrer dans des possibilités d’un retour à Naples qui sont pratiquement impossibles. »

Le successeur d’André Villas-Boas a répondu sur l’éventualité d’une prolongation de Florian Thauvin et Jordan Amavi, en fin de contrat en juin prochain. « On travaille depuis longtemps. Ce ne sont pas des dossiers faciles. On verra toutes les possibilités. Chaque cas est différent, mais l’envie est de continuer à travailler. » Enfin, Pablo Longoria ne ferme pas la porte à un départ de Boubacar Kamara et Pape Gueye. « Parler du futur, c’est toujours compliqué. On a la possibilité de les garder, mais ça dépend des offres du marché. S’il arrive une offre de 100 millions d’euros, ça serait irresponsable de refuser. Tous les joueurs ont un prix. »