Eto’o Fils vend son âme au FC Anzhi

Samuel Eto’o s’est officiellement engagé en faveur du FC Anzhi Makhatchkala pour une durée pour l’heure non communiquée, moyennant un salaire astronomique. Le montant du transfert avoisine les 30 millions d’euros. Une belle affaire pour l’Inter Milan, mais aussi pour ce “cher” Eto’o…

Samuel Eto'o

Samuel Eto’o Fils, nouveau Faust du ballon rond ? Le Camerounais, trois Ligue des champions au compteur avec le FC Barcelone (2006, 2009) et l’Inter Milan (2010) a ainsi décidé de vendre son âme au “diable”, le FC Anzhi Makhachkala. Encore totalement inconnu de la planète football voici quelques mois, le club russe a été subitement mis sur le devant de la scène grâce à un homme : Suleyman Kerimov. A l’instar de Roman Abramovich avec Chelsea ou des différents Cheikhs qataris, ce magnat du Daguestan, 118e homme le plus riche du monde avec 7,8 milliards d’Euros, a décidé de s’offrir un club pour se divertir, le FC Anzhi Makhatchkala.

Rien n’est trop beau pour le multimilliardaire. Des joueurs tels que Diego Tardelli ou Yuri Zhirkov, transfuge de Chelsea, ont rejoint Anzhi qui s’est surtout illustré en s’offrant les services d’un vétéran du football auriverde, mais à fort coefficient médiatique : Roberto Carlos. Pour le déloger de son Brésil natal, les dirigeants ont mis le prix, cinq millions d’euros annuels pour le latéral gauche de 37 ans, plus une Bugatti Veyron estimée à 900 000 euros. Une voiture qui sera d’ailleurs offerte à tous les joueurs en cas de titre. Et dans cet utopique train de vie, complètement déconnecté de la réalité économique du football actuel, l’Anzhi a franchi un nouveau cap avec la signature de Samuel Eto’o.

L’appât du gain plus fort

Au sommet de son art à 30 ans, le Lion Indomptable est, à l’heure actuelle, l’un des meilleurs attaquants au monde. C’est bien simple, le Camerounais a inscrit la bagatelle de 41 buts en 60 rencontres, toutes compétitions confondues, la saison dernière. Hésitant sur son avenir, Eto’o était pisté un temps par Manchester City ; un échange était même envisagé avec l’Argentin Carlos Tevez. Eto’o, qui rêve d’une quatrième Ligue des champions, avait confié vouloir rejoindre un club qualifié pour la C1. “Mon but est de remporter la Ligue des Champions et ce club ne la dispute pas”, avait-il ainsi déclaré à La Gazzetta dello Sport fin juillet. Il faut croire que l’odeur des billets verts lui a finalement fait changer d’avis…

Car si Samuel Eto’o est prêt à s’exiler au Daguestan, c’est que le contrat qu’on lui propose frôle l’indécence. Ainsi, les divers médias transalpins affirment qu’en plus d’un transfert estimé entre 25 et 30 millions d’euros – une bonne affaire pour l’Inter -, le joueur de 30 ans empochera pas moins de 15 millions d’euros annuels, nets d’impôts, et ce sur trois saisons. Sans compter les divers bonus liés aux droits d’image qui devraient gonfler la note de cinq millions d’euros supplémentaires par an. Dans une Europe qui prône le fair-play financier et l’équilibre budgétaire, condition sine qua non d’un football propre, le FC Anzhi et son magnat russe défient les lois de la gravité. Si le vieil adage affirme que l’argent ne fait pas le bonheur, cela ne semble pas être le cas pour tout le monde…

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement