Rennes monte sa garde avant de défier l’Udinese

Après avoir réussi à battre l’OM au stade Vélodrome en Ligue 1 (0-1), les joueurs de Rennes vont remettre le couvert avec un match de Ligue Europa haut en couleurs sur la pelouse de l’Udinese (Italie). Les Rouge et Noir sont-ils capables de faire tomber ce club transalpin redoutable ?

Frédéric Antonetti

“On a pris conscience de notre potentiel.” Cette phrase de Frédéric Antonetti jetée à la figure des journalistes présents au Stade Vélodrome après la victoire de Rennes contre Marseille, a le mérite d’être claire : fini les rôles d’outsider, le club breton veut à présent s’imposer dans la cour des grands. Au contact du leader Montpellier et de son dauphin lyonnais, les Rouge et Noir doivent gérer à présent un nouvel élément dans leur longue saison, l’Europa League. Qualifiés grâce à leur cinquième place la saison passée, les Rennais nourrissent de grandes ambitions dans cette compétition en dépit d’un tirage au sort très complexe avec la présence de l’Udinese, éliminée par Arsenal au troisième tour de barrages de la Ligue des champions, l’Atlético de Madrid et le Celtic Glasgow (qui remplace le FC Sion, disqualifié par l’UEFA).

Mais ce Rennes là a changé. Si beaucoup de jeunes joueurs garnissent encore les rangs bretons avec Chris Mavinga, Jean-Armel Kana-Biyik, Yann M’Vila, Jirès Kembo et autre Vincent Pajot, la formation de Frédéric Antonetti a enregistré la signature de joueurs expérimentés, à l’instar de Julien Féret ou encore du Burkinabè Jonathan Pitroipa. Un groupe qui semble enfin arrivé à maturité, prêt à être sur plusieurs fronts sans pour autant s’écrouler en championnat. Un constat confirmé du côté de l’Udinese où le plus Français des joueurs transalpins Mehdi Benatia, formé à l’OM, a eu quelques mots sur Rennes : “Le Stade Rennais est une très bonne équipe qui a montré ses qualités l’année dernière et qui continue à les montrer cette saison en Ligue 1”, affirme-t-il ainsi sur le site officiel du Stade Rennais. “Nous avons vu leur victoire face à l’OM.”

Toujours privé de Yacine Brahimi (péroné) et Onyekachi Apam (genou), Frédéric Antonetti pourra toutefois compter sur les retours de Cheikh Ndiaye, Georges Mandjeck et Tongo Doumbia pour tenter de repartir d’Italie avec un point, voire plus. L’entraîneur corse espérera également un nouveau grand match de la part de son gardien Benoît Costil pour contenir le vieux briscard de la formation transalpine, Antonio di Natale, qui reste sur deux saisons à 28 et 29 buts, excusez du peu. Mais Rennes ne sera pas frileux dans le Frioul et une surprise de taille n’étonnerait personne…

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)