Roberto Carlos et l’ambition sans limites de Makhachkala

A 38 ans, Roberto Carlos ne s’attendait sûrement pas à être nommé entraîneur-joueur de l’Anzhi Makhachkala ces derniers jours. Et pourtant le propriétaire du club russe, Suleyman Kerimov, a choisi de lui donner les clefs de l’équipe première !

Roberto Carlos

Déçu par son come-back au Brésil. Après une pige à Fenerbahçe en Turquie (juin 2007-janvier 2010), Roberto Carlos avait choisi de retourner dans son pays natal pour terminer tranquillement son parcours de footballeur. Mais un peu plus d’un an après son arrivée chez les Corinthians, le latéral gauche avait choisi de s’engager en faveur de l’Anzhi Makhachkala durant le mois de février. “Je pensais finir ma carrière chez les Corinthians. Le problème, c’est que c’est très difficile de jouer au Brésil. Les gens se moquent de savoir si vous avez un palmarès ou si vous avez été une idole. Ils veulent que vous vous battiez sur le terrain et ils n’hésitent pas à vous insulter ou à casser votre voiture si l’équipe a perdu un match. La réaction des fans m’a incité à m’en aller”, a souligné le joueur auriverde pendant une interview publiée par As.

Bien évidemment, l’homme à la frappe de mammouth a rejoint l’Anzhi pour toucher le pactole sur le plan financier mais aussi afin de bénéficier d’une opportunité de reconversion. “L’appel des dirigeants de l’Anzhi Makhachkala était une vraie surprise. Tout s’est fait très rapidement. Kerimov m’a proposé d’être joueur mais également de me reconvertir au sein du club plus tard. J’avais des offres de Flamengo et de Fluminense ou encore des Emirates arabes unis mais j’ai préféré accepter cette offre qui était bien meilleure”, a-t-il souligné. Dans la capitale du Daguestan, Roberto Carlos a réussi à trouver ses marques au fil des mois même s’il s’attend à des conditions climatiques terribles d’ici un mois. “La vie est différente de Madrid ou du Brésil mais ici les gens aiment aussi le football. Ma famille est venue avec moi vivre à Moscou. La ville est immense même si je me suis bien adapté. Nous n’avons pas encore connu le grand froid car il arrivera durant le mois de novembre mais ce n’est pas un problème”, a-t-il nuancé.

Sur le plan sportif, le défenseur est enchanté d’avoir vu la superstar camerounaise Samuel Eto’o débarquer en Russie contre une somme comprise entre 25 et 30 millions d’euros. Pour lui ce transfert retentissant pourrait inciter d’autres joueurs connus à poser leur valises à Makhachkala. “C’est un signe fantastique d’avoir recruté Samuel. Cela permettra d’ouvrir des portes à d’autres joueurs qui ne connaissaient pas l’Anzhi. En général les footballeurs préfèrent signer à Barcelone, à Manchester United ou au Real Madrid mais nous travaillons pour rivaliser avec eux très prochainement. De nombreux footballeurs m’ont contacté pour venir à Makhachkala”, a-t-il assuré. Bien évidemment, rien n’aurait été possible sans la fortune de Suleyman Kerimov qui n’a pas envie de s’arrêter en si bon chemin !

Encore du lourd pendant le mercato !

Depuis son arrivée, on a fait signer des grands joueurs comme Jucilei, João Carlos, Tardelli, Zhirkov, Boussoufa et Eto’o. “L’année prochaine, l’idée est de faire venir une ou deux stars de plus ainsi que les meilleurs joueurs russes”, a-t-il révélé. Il y a plusieurs jours, la presse espagnole annonçait que Roberto Carlos avait tenté d’attirer le prodige de Santos Neymar. Le natif de Garça n’a pas démenti cette information… bien au contraire même si l’affaire a peu de chances d’aboutir ! “Je lui ai parlé, oui. Le problème c’est que nous ne pouvons pas lutter à armes égales avec le Real, le Barça ou l’Inter. Ils ont un empire et nous venons juste de commencer à construire quelque chose (…) La seule personne qui peut lui faire signer un contrat dans le football espagnol est le président Florentino Perez avec un conseiller comme Zinedine Zidane”, a-t-il martelé.

En attendant le prochain mercato, Roberto Carlos se concentre désormais sur son nouveau rôle d’entraîneur-joueur. Après avoir succédé à Gadzhi Gadzhiev, le Brésilien sait qu’il va devoir trouver des solutions rapidement afin de relancer l’équipe qui occupe seulement la 7e place du classement en championnat après 25 journées disputées. Pour réussir cette mission difficile, Roberto Carlos a prévu de contacter l’entraîneur du Real Madrid, autrement dit José Mourinho. “C’est le meilleur entraîneur du monde et il sait très bien comment mener un vestiaire. Il s’entend très bien avec les joueurs et il a une grande histoire dans le monde du football. Je vais l’appeler pour lui demander des conseils”, a-t-il promis. Dimanche prochain, Roberto Carlos débutera son parcours par un match compliqué face au Lokomotiv Moscou. On saura rapidement si les supporters de l’Anzhi Makhachkala se régaleront avec du caviar ou s’ils devront se contenter du pâté local…

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)