Un retour en France salutaire pour Lorik Cana ?

L’été dernier, Lorik Cana avait choisi de quitter Galatasaray (Turquie) afin de s’engager à la Lazio Rome. Malheureusement pour lui, le milieu de terrain peine vraiment à trouver ses marques en Italie. Un départ lors du mercato hivernal pourrait lui permettre de se relancer.

Lorik Cana

Un temps de jeu réduit. Depuis le coup d’envoi de la saison, Lorik Cana a fait treize apparitions et inscrit un but toutes compétitions confondues. Bien souvent, l’international albanais s’est contenté d’une place de remplaçant conformément au souhait de l’entraîneur Edy Reja. Récemment, l’ancien joueur de Galatasaray ou encore de Sunderland a souligné par le biais du média Calciomercato qu’il est convaincu de réussir à relever la tête chez les Biancocelesti. “Au début j’ai rencontré quelques difficultés, mais je suis en train de revenir progressivement en ayant plus de temps de jeu. Je suis heureux et surtout optimiste pour mon avenir à la Lazio. Dans le passé, j’ai toujours été un pion essentiel des clubs et des entraineurs pour lesquels j’ai joué. Je suis que ce sera aussi le cas à Rome”, avait indiqué le joueur âgé de 28 ans.

Malgré cette volonté farouche d’inverser la tendance, Lorik Cana avait une nouvelle fois répété qu’il aimerait bien faire son come-back à l’Olympique de Marseille, un club dans lequel il a évolué entre 2005 et 2009. “Je reviendrai à Marseille, mais ce jour n’est pas encore arrivé.” Pour le moment, force est de constater que l’entraîneur phocéen Didier Deschamps n’a pas vraiment besoin de lui. Le coach du club provençal recherche un renfort sur le plan offensif (le profil d’Éric Mouloungui serait étudié de près, ndlr). En revanche, une autre écurie française aimerait énormément pouvoir s’appuyer sur le natif de Pristina. Il s’agit du FC Sochaux-Montbéliard qui est englué dans la zone des relégables après une première partie de saison très délicate (19e place, 18 points).

Les Lionceaux auront du mal

Au cours d’un entretien relayé dans L’Est Républicain, l’entraîneur des Lionciaux Mecha Bazdarevic avait souligné qu’il aimerait bien pouvoir s’appuyer sur un vrai patron expérimenté dans l’entrejeu. “J’ai pris l’initiative pour certains. Avec Cana, je serais content comme le bon Dieu”, avait-il assuré. Selon une information publiée sur le site de La Provence ce samedi, le club doubiste est effectivement très intéressé par les services de Lorik Cana qui ronge son frein de l’autre côté des Alpes. Mais en plus de devoir convaincre l’Albanais de quitter la Lazio Rome cet hiver, il faudrait aussi que le président Alexandre Lacombe lui propose un salaire royal. Autant dire que cette opération a peu de chances de se matérialiser…

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)