Pedretti de retour à Sochaux

Le LOSC se déplace à Sochaux ce mercredi, en match en retard de la 22e journée de Ligue 1. Un match particulier pour Benoît Pedretti, formé et révélé dans le Doubs.

Pedretti

Benoît Pedretti a retrouvé le sourire. Il l’avait quelque peu perdu après des passages réguliers sur le banc de touche (Rudi Garcia lui préférant notamment le jeune Idrissa Gueye), voire à l’infirmerie, la faute à des problèmes récurrents au dos. Relancé depuis le début de l’année par son entraîneur, le milieu de terrain répond enfin aux attentes placées en lui. Débarqué avec l’étiquette de remplaçant de Yohan Cabaye, parti tenter sa chance à Newcastle, l’ancien maître à jouer d’Auxerre a mis du temps à justifier ce statut. Des performances en dents de scie et une influence quelconque dans le jeu que ne sont pas parvenues à faire oublier les trois buts inscrits lors de la phase aller, dont un face à … Sochaux (2-2, 6e journée). A l’heure de retrouver son club formateur, le joueur passé par Lyon et Marseille, titularisé à 14 reprises cette saison, a laissé derrière lui ce début de saison mitigé.

Samedi, il a (enfin) délivré sa première passe décisive en Championnat sous les couleurs du LOSC. Une offrande importante pour Mathieu Debuchy sur le seul but du match à Lorient (0-1), qui a permis aux Dogues de relever la tête après leur improbable défaite à domicile face à Bordeaux une semaine avant (4-5). “On a toujours eu confiance en nous”, a lancé Pedretti à l’issue de la rencontre, évoquant au passage son cas personnel et avouant à demi-mot son inconstance. “Quant à moi, ça me fait plaisir d’avoir été décisif. Je me sens bien dans cette équipe, j’avais déjà fait des matches intéressants mais jusqu’à présent, je n’ai pas réussi à confirmer”, a-t-il ajouté. En l’absence de Florent Balmont, blessé et forfait dans le Doubs, il aura une pression supplémentaire sur ses épaules dans l’entrejeu, dans un match qui pourrait permettre au LOSC de revenir à six points du leader parisien en cas de succès.

Même si, pour le moment, une place sur le podium suffit amplement au bonheur d’un Pedretti retrouvé. “Quand on regarde la télé et qu’on écoute les radios, tout le monde pense que Lille c’est un feu de paille, comme l’a été Auxerre il y a deux ans et Toulouse il y a trois ans. On a envie de continuer sur ce rythme. Sans être champions, si on termine dans les trois premiers, on aura fait une très grosse saison”, avait-il lancé avant le match contre Lorient, clamant que Lille n’était pas mort. A Pedretti et aux Dogues de le prouver sur la pelouse d’une lanterne rouge que le principal intéressé pourrait bien enfoncer sans faire de sentiments…

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement