FFF : malgré le scandale, Le Graët n’a “aucune raison” de partir

La Fédération Française de Football (FFF) tangue, après une enquête de So Foot qui lève le voile sur les coulisses peu reluisantes du fonctionnement de l'instance, mais Noël Le Graët, le président de la FFF, est fixé à son poste, malgré la tempête.

Noel Le Graet, FFF

Ce mardi, RMC Sport a évoqué dans un article un possible départ de Noël Le Graët de la présidence de la Fédération Française de Football. Le scandale qui a suivi la publication de l'enquête de So Foot, pourtant peu relayé dans les politiciens ni les médias sportifs ou généraux, ne fait pourtant pas vaciller l'homme de 80 ans, dont la parole offensive a été relayée par L'Équipe, qui n'a pas évoqué l'enquête avant la prise de parole du Breton : “Si ma santé reste stable, si je vais bien, il n'y a absolument aucune raison que j'arrête. Je suis très bien à mon poste et tout le monde m'aime bien. J'ai la chance d'être apprécié. J'ai dit que s'il y avait une Coupe du Monde catastrophique, tout le monde devrait peut-être partir… C'est possible. Mais personne n'a dit qu'il partait. J'ai l'intention claire, nette et précise d'aller au bout de mon mandat, jusqu'en 2024. Je pense que je n'ai pas le droit d'aller plus loin, je ne suis pas sûr (rires)…”

L'UNFP attaque Le Graët et la FFF

De son côté, l'UNFP a publié ce mardi un communiqué offensif sur l'inaction de la FFF et de son président, en évoquant notamment la prochaine rencontre entre Noël Le Graët et Amélie Oudéa-Castera, la ministre des Sports : “L'UNFP se prend à espérer que madame la ministre ‘profitera' de l'occasion (de leur rencontre) pour rappeler à Noël Le Graët, qu'un club et son directeur général ont vu leur responsabilité engagée ces deux dernières années pour des faits constitutifs de harcèlement morale à l'encontre d'un footballeur professionnel, sans pour autant avoir été sanctionnés par les instances sportives, malgré la demande formelle adressée par l'ancienne ministre des Sports, Roxana Maracineanu… Cela s'inscrit pourtant dans la mission de service public qui incombe à la FFF (…) mais la Fédération manque en la matière à ses obligations, à son devoir d'exemplarité, qui est de protéger ses salariés.”

Si Noël Le Graët affirme ne pas vouloir partir de son poste, il pourrait y être forcé par la Ministre des Sports. Ou s'en aller en janvier 2023, comme l'a suggéré RMC.