Rétro Coupe du monde : Quand Diego Maradona a conduit l’Argentine au titre (1986)

Dire que la Coupe du monde 1986 avait tout pour elle serait un euphémisme. Des buts phénoménaux ont été marqués et d'innombrables talents de classe mondiale ont été exposés. Des pays comme le Canada, le Danemark et l'Irak apparaissaient pour la première fois dans la compétition, et l'emblématique Estadio Azteca a accueilli une finale palpitante. C'est aussi le tournoi durant lequel la vague mexicaine, préférée des fans, a été mise en circulation.

Mais surtout, c'est le tournoi où un certain Diego Maradona a vraiment montré au monde du football ce qu'il pouvait faire avec ses pieds, et même avec ses mains…

L'Argentin a attiré les feux des projecteurs en réalisant l'une des plus grandes performances individuelles de l'histoire de la Coupe du monde. Le flamboyant attaquant s'était déjà fait un nom pour sa nation quatre ans auparavant en marquant deux buts lors de la Coupe du monde 1982 en Espagne. Cependant, son équipe argentine n'a pu se qualifier que pour la deuxième phase de groupe et a été éliminée de la compétition après des défaites contre le Brésil et l'Italie, futurs champions.

Mais cette fois, Maradona était de retour dans la cour des grands, et il était important qu'il porte le brassard de capitaine alors que l'Argentine était à la recherche de son deuxième titre, après avoir soulevé le célèbre trophée huit ans auparavant sur son propre sol. Le héros de l’époque se nommait Mario Kempes, marquant six buts pour que l'équipe sud-américaine aille jusqu'au bout, poussée par ses supporters enthousiastes.

Cette responsabilité de héros reposait désormais sur les épaules de Maradona, et on peut dire que l'homme de Lanus n'a pas laissé tomber son pays.

Maradona aide l'Argentine à passer la phase de groupe

Maradona et l'Argentine ont connu des débuts difficiles dans leur quête de la gloire. Ils ont été placés dans le Groupe A aux côtés de la Bulgarie, de la Corée du Sud et de l'Italie, championne en titre. La Bulgarie allait initier les bouleversements de la Coupe du monde 1986 dès le début avec un match nul 1-1 contre les Italiens.

L'Argentine était déterminée à éviter un sort similaire, et l'a fait assez confortablement avec une victoire 3-1 sur la Corée du Sud. Même s'il n'a pas marqué, Maradona a été le maestro, aidant son coéquipier offensif Jorge Valdano à réaliser un doublé, le défenseur Oscar Ruggeri ayant aussi inscrit son nom sur la feuille de match.

L'Italie, tenante du titre, était la suivante. Et cette fois, c'était le moment de briller pour Maradona, mais la superstar n'a pu obtenir qu'un point pour son équipe dans un match nul 1-1, après qu'Alessandro Altobelli ait donné l'avantage aux Azzurri 1-0 depuis le point de penalty.

Les Sud-Américains ont renoué avec la victoire peu de temps après, en s'emparant de la première place du groupe en disposant de la Bulgarie sur le score de 2-0 grâce à des buts de Valdano et Jorge Burruchaga. Une fois de plus, même s'il n'a pas trouvé le chemin des filets, Maradona a ébloui les spectateurs et était déjà en passe de devenir le meilleur joueur du tournoi.

La route vers la finale

Nous entrons maintenant dans le vif du sujet et les vainqueurs du groupe doivent affronter l'Uruguay en huitième de finale. Pedro Pasculli a marqué l'unique but de ce match enflammé à l'Estadio Cuauhtémoc de Puebla. Mais ce serait la rencontre du tour suivant contre l'Angleterre qui comporterait deux des moments les plus mémorables de toute l'histoire de la compétition.

Les quarts de finale ont failli opposer Maradona et ses coéquipiers à une autre équipe sud-américaine, mais l'Angleterre, très confiante, a battu le Paraguay 3-0 en huitième de finale. Cela a donné lieu à une rencontre très attendue entre deux vieux ennemis, qui devaient poursuivre une rivalité qui avait soi-disant commencé 20 ans plus tôt lorsque les nations s'étaient affrontées en quart de finale du tournoi de 1966 en Angleterre.

À l'époque, Wembley a vu le capitaine argentin Antonio Rattin recevoir un carton rouge lors d'une rencontre très disputée. L'Argentin n'a cependant pas apprécié la décision de l'arbitre allemand Rudolf Kreitlein, tandis que le manager de l'Angleterre Alf Ramsey a décrit ses adversaires comme des animaux, à leur grande colère.

Bien sûr, des questions extrasportives se mêlaient aussi à la rivalité, le conflit autour des îles Malouines atteignant son paroxysme en 1982, quatre ans seulement avant le match au Mexique.

La main de Dieu et le brio en solo

Mais c'est surtout le football qui a fait parler de lui le 22 juin 1986. Le match s'est véritablement animé à la 51e minute, lorsqu'un mauvais dégagement de l'Anglais Steve Hodge a atterri dans la surface de réparation anglaise que l'Argentine attaquait. Maradona a senti que c'était sa chance de saisir la gloire, et c'est ce qu'il a fait, sautant devant le gardien anglais Peter Shilton et frappant le ballon dans le filet avec sa main.

À la consternation et à la colère de l'Angleterre, le but a été validé, et Maradona n'a reconnu son exploit qu'après le match, en disant que le but avait été marqué “un poco con la cabeza de Maradona y otro poco con la mano de Dios“, ce qui se traduit par “un peu avec la tête de Maradona et un peu avec la main de Dieu”. Et c'est ainsi que la Main de Dieu est née.

Si la première frappe de Maradona a été entourée de controverse, on ne peut pas se plaindre de la seconde. La star argentine a récupéré le ballon dans sa propre moitié de terrain avant de se lancer dans une course effrénée dans la surface de réparation anglaise.

Sur un espace de 68 mètres, le magicien a porté le ballon devant quatre adversaires : Peter Beardsley, Peter Reid, Terry Butcher et Terry Fenwick. Comme l'a analysé la FIFA, il a effectué 11 touches en 11 secondes, se faufilant à travers une équipe d'Angleterre assiégée et terminant son geste par une feinte devant Shilton, plaçant le ballon dans le but vide.

16 ans plus tard, dans le cadre de la préparation de la Coupe du monde 2002, le moment magique de Maradona a été élu par la FIFA comme But du Siècle.

L'Argentine remporte la Coupe du Monde 1986

Quatre minutes seulement séparent les deux buts, et l'Angleterre a été choquée par les deux actions, bien que de manière totalement différente. Gary Lineker a réduit le score pour les hommes de Bobby Robson à 10 minutes de la fin, mais cela n'a pas suffi pour arracher un match nul, l'Argentine s'étant qualifiée de justesse pour le prochain tour.

Ne semblant pas du tout fatigué de sa prestation précédente, ni même de l'attention médiatique entourant son but désormais célèbre, Maradona a inscrit un doublé contre la Belgique en demi-finale, après celui marqué contre l’Angleterre.

Seulement 12 minutes séparent ses deux buts cette fois-ci, et bien qu'ils ne soient pas aussi spectaculaires et controversés que son précédent doublé, une place en finale contre l'Allemagne de l'Ouest était assurée.

Plus de 100 000 supporters se sont entassés dans l'Azteca pour assister à un thriller féroce de cinq buts, avec Maradona comme principale attraction du jour. Bien qu'il ait été malmené de toutes parts par ses adversaires, le capitaine a mené son équipe à une mémorable victoire 3-2, et les fans étaient ravis de voir l'énorme sourire qu'il arborait en soulevant le célèbre trophée.

Le magicien qu'était Maradona a joué chaque minute de la compétition, s'attirant le respect de presque tous les spectateurs, qu'il s'agisse des fans, des officiels, des entraîneurs ou même des adversaires, qui avaient fait tout ce qui était humainement possible pour l'arrêter. Mais malgré un nombre record de fautes contre le héros argentin, son cœur était destiné au trophée, et il a mérité de l'emporter.

Avec six buts, l'Anglais Gary Lineker a terminé la Coupe du monde 1986 avec le Soulier d'Or, mais c'est la star argentine Maradona qui a remporté le Ballon d'Or pour ses performances phénoménales. Il est l'un des deux seuls Argentins à avoir reçu cet honneur, Lionel Messi lui ayant emboîté le pas en 2014. La star du PSG cherchera à reproduire les exploits de Maradona pour remporter le titre cet hiver lors de la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Les dernières années de Maradona en Argentine

Maradona a ensuite participé à deux autres Coupes du monde pour son pays, en tant que capitaine de l'équipe à chaque fois. La première a donné lieu à un autre voyage en finale et à une autre rencontre avec l'Allemagne de l'Ouest, cette fois en Italie. Le meilleur buteur de la nation a cependant été gêné par une blessure à la cheville tout au long de la compétition. Il n'a d’ailleurs pas été aussi efficace devant le but, son équipe s'inclinant 1-0 contre les Allemands de l'Ouest à Rome en finale.

La Coupe du monde 1994 aux États-Unis a suivi, mais sa présence au tournoi a été éclipsée par des affaires en dehors du terrain. Dans la plus pure tradition de Maradona, l'attaquant a fait les gros titres par son contrôle antidopage raté après seulement deux matchs. Cela n'a bien sûr pas laissé d'autre choix aux autorités que de le renvoyer chez lui.

Le premier match, contre la Grèce, a été le théâtre de son dernier but international pour l'Argentine, et sa dernière apparition a eu lieu lors du match suivant contre le Nigeria. Maradona a terminé sa carrière internationale, très réussie et très suivie, avec 34 buts en 91 matchs sur une période de 17 ans.

Messi a sans aucun doute été le seul autre joueur à susciter des sentiments similaires chez les supporters argentins, son pied gauche magique faisant resurgir des souvenirs de l'époque où Maradona portait les rayures emblématiques du pays. La légende brésilienne Pelé est, bien sûr, un autre joueur, à avoir fait preuve de talents aussi phénoménaux sur un terrain de football, tout comme l'ancien joueur de Manchester United et d'Irlande du Nord George Best.

Mais aucun d'entre eux n'a pu avoir autant d’impact qu’a eu Maradona auprès de ses fans. Sa mort en 2020 a prouvé à quel point il était populaire auprès de tous les membres de la communauté du football, partout dans le monde.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement