Bayern : en colère, Salihamidžić humilie les joueurs !

Moins souverain cette saison sur le plan national, le Bayern Munich va devoir batailler jusqu’au bout pour le titre de champion d’Allemagne.

Alors que tous les voyants semblaient au vert avec une série de quatre victoires consécutives toutes compétitions confondues, les hommes de Julian Nagelsmann ont ainsi rechuté ce dimanche en concédant une défaite sur le terrain du Bayer Leverkusen (2-1). Conséquence de ce revers : le Borussia Dortmund, bourreau 6-1 de Cologne la veille, s’empare des commandes de leader après 25 journées, avec un point d’avance sur les Bavarois.

«Rarement vu quelque chose comme ça»

Au-delà du résultat, le visage affiché sur ce match n’a pas été du goût de tout le monde chez les Roten. Alors que Joshua Kimmich avait ouvert le score à la 22e minute, presque miraculeusement tant son équipe était malmenée, le Rekordmeister s’est fait renverser en seconde période avec un doublé sur penalty d’Exequiel Palacios (55e, 73e). Après ce revers, le directeur sportif bavarois Hasan Salihamidžić n’a pas hésité à taper du poing sur la table. Dans son viseur : les joueurs, qu’il a descendus plus bas que terre !

«J’ai rarement vu quelque chose comme ça», a d’abord lâché le Bosnien devant les médias, avant d’enfoncer le clou. «Nous avons tout raté et nous avons été dépassés par une équipe qui avait un match et qui a gagné jeudi. Nous étions inférieurs dans tous les aspects aujourd’hui.» Autant dire que les Français Benjamin Pavard et Dayot Upamecano, fautifs sur les penalties, et leurs coéquipiers risquent de ne pas passer une trêve internationale des plus sereines. Mais, en tenant ce genre de discours, Salihamidžić est pleinement dans son rôle. En effet, un Klassiker déterminant face au Borussia sera au programme dès le retour de sélection, le 1er avril. Et le dirigeant sait bien qu’il est préférable de placer les joueurs sous pression dès à présent…

Romain Lantheaume
Au fond, je ne sais pas si ce que je préfère c’est le foot ou l’écriture. Une chose est sûre, je n’imagine pas l’un sans l’autre ! Mon cœur penche pour l’OGC Nice mais rien ne me fait autant vibrer que le foot africain.