Leão supersonique, une grosse polémique… Les Tops et les Flops de Napoli-Milan AC

Concédant le match nul (1-1) sur la pelouse du Napoli, le Milan AC a ce soir décroché son billet pour les demi-finales de la Ligue des Champions. Dominateurs sur l'ensemble de deux rencontres, les hommes de Luciano Spalletti auront beaucoup de regrets. Voici les Tops et les Flops ce choc à haute intensité. 

Crédits Photos : Icon Sport

Les Tops de Napoli-Milan AC

Supersonique Leão

Il a tout changé pour le Milan. Grâce à sa pointe de vitesse, le Portugais a semé la panique dans le camp du Napoli. Il est ainsi à l'origine d'un penalty en première mi-temps, hélas non transformé par Olivier Giroud. Mais la deuxième tentative fut la bonne. Après un énième rush dont il a le secret, l'attaquant des Rossoneri offre en effet un caviar au Français qui n'a plus qu'à pousser la balle au fond des filets. Son activité fut intense durant toute la partie.

Le mental de Giroud

Alors oui, le match du Français est évidemment loin d'être parfait. Il s'est d'abord illustré en ratant ce penalty face à Alex Meret. Quelques minutes plus tard, le meilleur buteur de l'histoire des Bleus a encore manqué d'efficacité en butant de nouveau sur le gardien napolitain. Sa soirée fut pas loin de prendre un tournant cauchemardesque lorsque l'ancien Gunner est longtemps resté au sol après un gros choc avec Hirving Lozano.

Mais comme à son habitude, le natif de Chambéry a fait preuve d'un mental d'acier en ne laissant ni la douleur, ni les doutes ne prendre le dessus. Ce parfait état d'esprit a rapidement été récompensé puisque le champion de Monde 2018 a ouvert le score pour Milan sur un service parfait de Rafael Leao (43ème).

La muraille rouge et noire a tenu

Alors qu'on annonçait l'enfer à l'arrière-garde milanaise, les défenseurs du Milan AC ont finalement tenu bon sur les deux matchs face à la meilleure attaque de Serie A. On retiendra notamment ce soir les performances XXL de Simon Kjaer et Davide Calabria. L'Italien a  clairement tenu son couloir droit contre le redoutable Kvaratskhelia. Il faudra enfin se souvenir de cette superbe parade de Mike Maignan sur le penalty du Géorgien. Le portier de l'Equipe de France confirme ses progrès.

Un volcan en fusion

Après la démonstration de force de San Siro lors de la rencontre aller, le peuple napolitain se devait de répondre à la cité lombarde. Si le tifo déployé dans le Stadio Diego Armando Maradona fut peut-être un peu moins spectaculaire que celui de la Curva Sud, l'ambiance était tout de même rendez-vous. Après avoir hurlé le “Champions” de l'hymne de la LDC comme de coutume, l'antre napolitaine n'a pas baissé en intensité sonore. Souvent critiqué pour sa vétusté et son âge avancé, l'ex San Paulo garde tout de même un certain charme avec sa forme de volcan lors de ses grandes soirées européennes.

 

Les Flops de Napoli-Milan AC

Une énorme polémique arbitrale

Ce penalty non sifflé sur Rafael Leão n'a probablement pas fini de faire parler en Italie et même ailleurs. Les ralentis proposés par les diffuseurs montrent en effet que le pied du Portugais heurte bien la cheville d'Hirving Lozano avant de toucher le ballon. Il aurait alors semblé logique que l'homme en noir désigne le point de penalty. Mais malgré le recours à la VAR, Szymon Marciniak s'est contenté d'accorder un corner aux Napolitains.

Côté Rossoneri, on s'est évidemment dit satisfait de cette décision très lourde de conséquences.

Osimhen s'est réveillé trop tard

Il était attendu comme le Messie par tout un peuple mais le miracle n'a hélas cette fois-ci pas eu lieu. Tout juste de retour de blessure, il est apparu évident que le Nigérian était très loin du top de sa forme. Pas toujours bien placé dans la surface milanaise, il n'a pas assez pesé sur la défense des Rossoneri et a eu beaucoup du mal à se montrer dangereux (23 ballons touchés en 90 minutes et une frappe cadrée). Son but inscrit en toute fin de rencontre n'aura malheureusement rien changé.

Le volcan napolitain s'est éteint

Le destin est cruel pour le Napoli. Tout comme à l'aller, les hommes de Luciano Spalletti ont en effet paru supérieur à leur adversaire du soir. Mais dominer n'est pas gagner. Le manque d'efficacité aura finalement été fatal aux Napolitains. Sur 20 frappes tentées, les attaquants n'ont ainsi trouvé le cadre qu'à trois reprises, un chiffre qui dit malheureusement tout.

Plus globalement, le Napoli a livré une prestation honnête mais sans folie. Trop académiques, les Napolitains ont manqué de ce grain de folie qui peut faire basculer une rencontre dans le bon sens.

Kvara n'y arrive pas

À l'image de ce penalty raté, le Géorgien n'avait pas le Ciel avec lui. Malgré d'innombrables tentatives, Khvicha Kvaratskhelia n'est pas parvenu à se montrer vraiment dangereux. Il a beaucoup frappé au but mais son manque de précision fut criant. Si sa qualité technique est flagrante (10 dribbles réussis), la marge de progression du joueur de 22 ans est encore très importante. Ses choix dans la surface de réparation adverse sont souvent critiquables et le natif de Tbilissi oublie parfois ses partenaires.

Politano fauché en plein vol

Alors que l'Italien réalisait un excellent début de rencontre, un mauvais appui est malheureusement venu mettre fin à cette belle soirée avant même la pause. Touché à la cheville après un duel avec Theo Hernandez, le Napolitain s'est effondré sous l'effet de la douleur, incapable de se relever.

Le destin est décidemment cruel tant Matteo Politano avait montré un superbe visage jusqu'à cette fatidique 31ème minutes. Face à lui, Theo Hernandez a ainsi vécu un première heure des plus compliqués,  subissant la fougue du joueur de 29 ans. Après sa sortie, son absence s'est cruellement fait ressentir puisqu'Hirving Lozano s'est montré bien moins inspiré.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement