Chelsea : Lampard charge ses attaquants

Une nouvelle fois battus par Brentford ce mardi (0-2), les Blues continuent de s’enfoncer. C’est la cinquième défaite de Frank Lampard en autant de matchs depuis son arrivée.

Il est vraiment temps que la saison se termine pour Chelsea. Éliminé en quart de finale de la Ligue des Champions et 11ème de Premier League, les Londoniens se sont une nouvelle fois inclinés à domicile face à Brentford (0-2) dans le cadre de la 33ème journée. Depuis son retour sur le banc, Frank Lampard n’a connu que la défaite et son équipe n’a même inscrit qu’un seul but sur la période.

Pour le technicien anglais, son équipe manque de talent à la finition. Un comble pour un club qui a dépassé plus de 600 millions d’euros sur la dernière année : “Il y a une question d'équilibre de l'équipe à régler, note le manager des Blues. Je pense que tout le monde s'en rend compte. C'est un problème qui date d'avant moi. Peut-être qu'il n'y a pas assez de joueurs capables de marquer dans l'équipe. C'est un problème évident au sein de l'effectif.

Les joueurs de Chelsea hués par leur public

Devant ces résultats extrêmement décevants pour un club de ce standing, les supporters des Blues ont manifesté leur mécontentement ce mardi soir. Une attitude que comprend Lampard : “Lorsque vous avez été habitués aux succès durant 20 ans, vous êtes en droit d'en demander toujours plus. Je n'ai aucun problème avec les fans qui huent. Je ne suis pas assis ici pour aller à l'encontre des fans et leur dire de ne pas huer les joueurs. Mais je défendrai toujours mes joueurs, car ce sont des jeunes qui veulent bien faire.

À cinq journées de la fin, les coéquipiers de N’Golo Kanté sont plus proches de la zone rouge que des places européennes. Des choix forts devront être effectués durant l’intersaison pour remettre le club sur les rails.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.