OM : les raisons de la mise à l’écart de Payet et Tavares

À la surprise générale, Dimitri Payet et Nuno Tavares ont été écartés du groupe olympien pour le déplacement à Lille ce samedi. Une sanction directement infligée par Igor Tudor.

Lancé dans un duel à distance avec le RC Lens dans le sprint final, l'Olympique de Marseille se doit de s'imposer sur la pelouse du stade Pierre Mauroy ce samedi soir pour reprendre un point d'avance sur les Sang et Or et ainsi mettre la pression aux hommes de Franck Haise, qui se déplacent à Lorient ce dimanche. Pour cette rencontre, Igor Tudor devra se passer de Dimitri Payet et Nuno Tavares.

Les deux joueurs ne sont pas blessés, mais bien suspendus par le technicien croate, nous a appris RMC en début d'après-midi. En effet, d'après le média, Tudor n'a pas apprécié l'investissement du piston gauche à l'entraînement, mais aussi l'attitude du capitaine de l'OM. Ces dernières heures, RMC a continué d'enquêter et dispose désormais d'éléments plus concrets.

Payet et Tavares vexés de ne pas être dans l’équipe des titulaires

Les faits se sont déroulés lors de la dernière séance d'entraînement vendredi. Igor Tudor constitue ces équipes et Dimitri Payet et Nuno Tavares figurent avec les remplaçants. Vexés, les deux joueurs auraient “traîné des pieds” et auraient subi une première remontrance de la part de leur coach.

Remontrance qui n'a, semble-t-il, pas suffi puisque l'entraîneur de l'OM a été contraint de les exclure tous les deux de la séance du jour. RMC rapporte que “l’attitude des deux joueurs n’a donc logiquement pas été comprise et appréciée.” Une décision d'autant plus dommageable qu'elle est synonyme de fin de saison pour Payet, qui a été sanctionné par la commission de discipline et qui ratera les deux derniers matchs de Ligue 1 contre Brest et Ajaccio. Pour Nuno Tavares, c'est un élément de plus qui confirme que l'avenir du Portugais ne va pas s'écrire à Marseille la saison prochaine.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.