Coupe du monde féminine : le programme des 8es de finale

Les 8es de finale de la Coupe du monde féminine promettent d'être passionnants, avec des équipes talentueuses et déterminées qui s'affrontent pour une place pour les quarts de finale.

Que ce soit pour les nouvelles venues cherchant à créer des surprises ou pour les équipes expérimentées qui voudront confirmer leur statut de favori, chaque match sera un spectacle à ne pas manquer.

Le calendrier des 8es de finale du Mondial féminin

  • Suisse – Espagne (8e de finale), Samedi 5 août 2023, 7h
  • Japon – Norvège (8e de finale), Samedi 5 août 2023, 10h
  • Pays-Bas – Afrique du Sud, Dimanche 6 août 2023, 4h
  • Suède – États-Unis Dimanche 6 août 2023, 11h
  • Angleterre – Nigeria, Lundi 7 août 2023, 9h30
  • Australie – Danemark, Lundi 7 août 2023, 12h30
  • Colombie – Jamaïque, Mardi 8 août, 10h
  • France – Maroc, Mardi 8 août, 13h

Suisse-Espagne (samedi 5 août)

L'Espagne, surnommée La Roja, a remporté deux victoires écrasantes, d'abord face au Costa Rica sur un score de 3-0, puis contre la Zambie avec un impressionnant 5-0. Toutefois, lors du dernier match déterminant pour la première place du groupe C, Alba Redondo et ses partenaires ont subi une défaite déconcertante contre le Japon sur un score de 4-0. En face, la Suisse, qui a atteint les quarts de finale du dernier Euro, n'est pas un adversaire à prendre à la légère. La Nati a montré une défense très solide depuis le début du tournoi en gardant ses cages inviolées dans tous les matchs de poule. Deux matchs nul 0-0 contre la Norvège et la Nouvelle-Zélande, puis une victoire nette 2 but à 0 contre les Philippines. Ce 8e de finale promet d'être un affrontement captivant entre une équipe espagnole en quête de rédemption et une équipe de Suisse qui cherchera à créer la surprise en s'appuyant notamment sur sa défense infranchissable.

Japon-Norvège (samedi 5 août)

Le Japon affrontera la Norvège dans le cadre du second huitième de finale de la Coupe du monde féminine. Le Japon, champion du monde en 2011 et finaliste en 2015, a terminé en tête de son groupe avec trois victoires, dont une raclée 4-0 contre l'Espagne. Les Japonaises sont en grande forme avec six victoires consécutives toutes compétitions confondues. De l'autre côté, la Norvège, championne du monde en 1995, a terminé deuxième de son groupe avec une défaite face à la Nouvelle-Zélande (1-0) et deux matchs nuls. Ada Hegerberg, la célèbre joueuse de l'OL et Ballon d'Or 2018, cherchera avec ses coéquipières à atteindre les quarts de finale. Historiquement, le Japon domine la Norvège avec cinq victoires sur sept confrontations directes. Les deux équipes sont quoi qu'il en soit particulièrement motivées pour continuer leur aventure dans la compétition, mais le Japon, porté par une attaque redoutable, semble être en meilleure forme. Avantage au pays du soleil levant donc, même si tout est possible sur un match.

Ada Hegerberg Norvège
Crédits photo : Icon Sport

Pays-Bas-Afrique du Sud (dimanche 6 août)

Les Pays-Bas, championnes d'Europe 2017, ont terminé en tête de leur groupe avec deux victoires (1-0 vs le Portugal et 7-0 contre le Viêt Nam) et un match nul 1-1 contre les Etats-Unis, tenants du titre. Les Néerlandaises ont une équipe solide et expérimentée, emmenée par des joueuses talentueuses telles que Vivianne Miedema et Lieke Martens. De son côté, l'Afrique du Sud a terminé à la deuxième place de son groupe, avec une victoire 3-2 contre l'Italie, un nul contre l'Argentine (2-2) et un revers contre la Suède (2-1). C'est la première fois que l'Afrique du Sud atteint les huitièmes de finale de la Coupe du monde féminine. Historiquement, les Pays-Bas et les Banyana Banyana ne se sont affrontés qu'une seule fois en compétition officielle, lors des Jeux Olympiques de 2016, où les Pays-Bas l'avaient emporté 1-0. Le pronostic donne les Pays-Bas favoris pour remporter ce match, compte tenu de leur expérience et de leur talent, mais l'Afrique du Sud pourrait bien créer la surprise et se battra quoi qu'il arrive avec détermination pour continuer son parcours historique dans la compétition.

Suède-Etats-Unis (dimanche 6 août)

La Suède a terminé en tête du groupe G lors de la phase de poules de cette Coupe du monde féminine. Les joueuses suédoises ont battu successivement l'Afrique du Sud (2-1), l'Italie (5-0) et l'Argentine (0-2). Ces victoires leur ont permis de se qualifier pour les huitièmes de finale où elles affronteront donc les États-Unis, doubles tenantes du titre. Les Américaines ont de leur côté obtenu leur qualification en huitièmes de finale en terminant deuxièmes du groupe E. Lors de leur premier match de poules, elles ont battu le Viêt Nam (3-0) avant de partager les points contre les Pays-Bas (1-1). Puis, lors du match décisif contre le Portugal, les Américaines ont dû se contenter d'un match nul (0-0) et ont frôlé l'élimination lorsque les Lusitaniennes ont touché le poteau en fin de match. Malgré ce résultat mitigé, Alex Morgan et ses partenaires ont réussi à se qualifier pour la phase éliminatoire, et restent favorites face aux Suédoises. Mais l'équipe scandinave, en pleine bourre, n'est pas à prendre à la légère. Leur historique parle pour elles (Finaliste du mondial 2003, demi-finaliste du dernier Euro…).

Alex Morgan Etats-Unis
Crédits photo : Icon Sport

Angleterre-Nigeria (lundi 7 août)

Lors du dernier match de poule dans cette Coupe du monde féminine, l'Angleterre a remporté une victoire éclatante contre la Chine (6-1), terminant ainsi à la première place du groupe D. Avant cela, les Anglaises avaient pris le scalp d'Haïti puis du Danemark, à chaque fois sur le score de 1 à 0. De son côté, le Nigeria s'est qualifié en tenant en échec le Canada (0-0) et l'Irlande (0-0) mais surtout en battant l'Australie (2-3). Les deux équipes, qui comptent dans leurs rangs les talentueuses Asisat Oshoala (FC Barcelone / Nigéria) et Alessia Russo (Manchester United / Angleterre), donneront tout pour atteindre les quarts de finale. Les Super Falcons espèreront atteindre les quarts de finale comme en 1999, la meilleure performance d'une équipe africaine dans le tournoi. Lors de la dernière édition française en 2019, elles avaient échoué en huitièmes de finale. Les Three Lionesses, championnes d'Europe en titre, avaient réalisé leur meilleure performance en 2015, édition durant laquelle elles étaient rentrés à la maison auréolées d'une honorable troisième place.

Australie-Danemark (lundi 7 août)

Emmenées par l'inévitable Samantha Kerr (Chelsea), l'Australie, qui co-organise le Mondial avec la Nouvelle-Zélande, s'est qualifiée pour les huitièmes de finale en réalisant de belles performances lors de la phase de groupes. Les Matildas ont remporté leur premier match contre l'Irlande (1-0), puis se sont inclinées face au Nigeria dans un match disputé (2-3). Lors de leur dernier match de poule, elles ont écrasé le Canada, champion olympique en titre, sur un score sans appel de 4-0. Grâce à ces résultats, les Australiennes ont fini en tête de leur groupe. Le Danemark s'est de son côté qualifié pour les huitièmes en terminant à la deuxième place de sa poule. Lors de la dernière journée, les Scandinaves ont réussi à battre Haïti sur le score de 2-0, avec des buts marqués par Pernille Harder (21e sur penalty) et Sanne Troelsgaard (90e+10). Avant cela, elles avaient battu la Chine sur la plus petite des marges (1-0), puis s'étaient inclinées face aux Anglaises sur ce même score étriqué. Cette qualification marque en tout cas leur retour en huitièmes de finale de la Coupe du monde féminine pour la première fois depuis 1995. L'Australie est néanmoins favorite pour cette rencontre.

Colombie-Jamaïque (mardi 8 août)

Ce match entre la Colombie et la Jamaïque, deux équipes surprises, promet d'être passionnant. La Colombie a terminé en tête du groupe H avec deux victoires et une défaite, se qualifiant ainsi pour la phase finale de la compétition. Les Cafeteras ont montré leur force en battant la Corée du Sud (2-0) et l'Allemagne (1-2), mais se sont toutefois inclinées face au Maroc (1-0). De son côté, la Jamaïque s'est qualifiée en finissant deuxième de son groupe F. Les Reggae Girlz ont débuté par un nul prometteur contre la France (0-0) avant de battre le Panama (0-1) puis d'accrocher à la surprise générale le Brésil (0-0), qu'elles ont éliminé. Le match entre la Colombie et la Jamaïque s'annonce donc serré, car les deux équipes chercheront à continuer sur leur belle dynamique. La Colombie tentera de s'appuyer sur des joueuses talentueuses telles que Yoreli Rincon et Catalina Usme. De son côté, la Jamaïque comptera sur la rapidité et la puissance de joueuses comme Jody Brown et Khadija Shaw pour tenter de créer des occasions de but, tout en essayant de rester aussi solide sur le plan défensif.

France-Maroc (mardi 8 août)

L'équipe de France, emmenée par sa capitaine Wendie Renard et l'inévitable Eugénie Le Sommer, a réussi sa phase de groupes. Dans la poule F, les Bleues ont obtenu deux victoires et un match nul, se classant ainsi à la première place. Après des débuts timides contre la Jamaïque (0-0), les Tricolores ont su se reprendre avec brio devant les joueuses brésiliennes (2-1), tout en parachevant leur phase de groupes sur un score de tennis devant le Panama (3-6). Le Maroc a de son côté vécu un début cauchemardesque contre l'Allemagne (0-6). Après cette rencontre, peu d'observateurs pensaient que les Lionnes de l'Atlas pouvaient se qualifier… Mais les troupes de Reynald Pedros, l'ancien international français et entraîneur de l'OL féminin, ont réussi à déjouer les pronostics en battant la Corée du Sud puis la Colombie, à chaque fois sur le score de 1 à 0. Avec six points, les Marocaines terminent secondes de leur poule et continuent l'aventure. L'équipe de France voudra à tout prix atteindre les quarts de finale comme en 2019 avant d'envisager d'aller plus loin, tandis que le Maroc, finaliste de la dernière CAN, aura envie de continuer à créer la surprise. Pour rappel, il s'agit de la première participation des Lionnes de l'Atlas à une Coupe du monde féminine, ce qui rend leur performance d'autant plus héroïque. Jusqu'à réussir à venger les garçons, défaits contre les Bleus en demi-finale du Mondial 2022 ?

Anthony Olivier
Fan inconditionnel du FC Nantes. "Le succès, ce n'est pas l'objectif. C'est la conséquence."