Still prévient l’OM

L'Olympique de Marseille reçoit le Stade de Reims dans le cadre de la première journée de Ligue 1. Les Phocéens entendent rebondir après la défaite sur la pelouse du Panathinaïkos.

Il est encore beaucoup trop tôt pour que le stade Vélodrome, qui sera une nouvelle fois à guichets fermés, gronde dès ce samedi, à l'occasion de la réception des Rémois. Pour autant, les hommes de Marcelino seraient bien avisés de montrer autre chose que lors de leur première sortie en milieu de semaine. Un succès face à Reims leur permettrait d'aborder le match retour face aux Grecs avec plus de confiance.

Mais ne comptez pas sur Will Still et son équipe pour faciliter la tâche aux Olympiens : “On y va pour essayer de faire un très gros match, a expliqué l'entraîneur belge. On a senti une énorme intensité et de la qualité cette semaine à l’entraînement. Tu sens que tout le monde a faim et envie de retrouver ce pourquoi on fait ce métier.

Reims veut lancer sa saison de la meilleure des manières

Battu en ouverture du championnat dans le même stade la saison dernière, le Stade de Reims espère réaliser un meilleur début de saison dans cette campagne 2023-2024 : “Aller à Marseille un premier jour de championnat, c’est toujours particulier. On sait que ça va être compliqué, mais ça rend le truc encore plus alléchant, on veut prendre un maximum de points et essayer d’avoir un contenu correct sur ces premiers matches, et montrer des choses encourageantes pour nous permettre d’avoir une base sur laquelle on pourra construire.

Pour ce duel, Will Still sera privé de Thilbault De Smet, Cheick Keita et Adama Bojang alors que la dernière recrue, Keito Nakamura, n'est pas assuré d'être dans le groupe : On n’est pas sûrs qu’il soit en ordre de licence et je n’ai pas encore pu le voir à l’entraînement, ça va être compliqué de le voir à Marseille, mais si on peut le mettre dans le groupe, on le mettra.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.