Mercato - Lorient en contact avec un Olympien

Après avoir recruté Bamba Dieng l’hiver dernier, le FC Lorient a coché le nom d’un nouveau joueur de l’Olympique de Marseille sur ses tablettes.

Le mercato de l’OM est encore loin d’être terminé, que ce soit dans le sens des arrivées comme dans celui des départs. Les dirigeants olympiens sont encore à la recherche d’un arrière latéral polyvalent, capable de suppléer Jonathan Clauss, mais également de dépanner à gauche. En conférence de presse ce jeudi, Marcelino a d’ailleurs reconnu que son effectif est encore un peu court pour pouvoir effectuer un gros turnover.

Du côté des départs, Cengiz Ünder a été transféré au Fenerbahçe pour un montant de 15 millions d’euros, alors que Ruslan Malinovskyi va, lui aussi, quitter la cité phocéenne pour s'engager avec le Genoa. Mattéo Guendouzi suscite toujours l’intérêt de plusieurs écuries européennes, mais c’est bien un défenseur central qui est pisté en Ligue 1 : Isaak Touré.

Touré séduit par le projet des Merlus

Prêté à l’AJ Auxerre en deuxième partie de saison, le défenseur de 2m06 a réalisé six mois très intéressants et a tapé dans l’œil du FC Lorient, annoncent nos confrères de L’Équipe. Le média affirme que des contacts ont déjà eu lieu entre le défenseur central et les Merlus et le joueur de 20 ans verrait d’un bon œil un départ en Bretagne.

Alors que le Français est considéré comme la quatrième option dans l’axe, derrière Samuel Gigot, Chancel Mbemba et Leonardo Balerdi, Pablo Longoria acceptera-t-il de lâcher son joueur ? Toujours selon L’Équipe, l’état-major marseillais pourrait de céder Isaak Touré seulement dans le cadre d’un transfert sec.

Un départ de l’ancien Havrais contraindrait pourtant l’OM à recruter un nouveau défenseur pour assurer une rotation à quatre. La priorité demeure un arrière latéral à ce jour. Depuis son arrivée dans la cité phocéenne l’été dernier, Touré n’a jamais vraiment eu sa chance sous la tunique olympienne avec seulement cinq petites entrées en jeu et aucune titularisation.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.