OM : le message fort d’une recrue à Gattuso

En s'inclinant sur la pelouse de l'Allianz Riviera samedi, l'Olympique de Marseille laisse filer ses concurrents directs dans la course au podium. Gennaro Gattuso n'a pas souhaité accabler ses joueurs pour autant.

“L'OM méritait mieux”. C'est un refrain que l'on attend souvent ces dernières semaines dans la cité phocéenne. Que ce soit à Monaco (3-2), face à Brighton (2-2) ou à Nice (1-0), les Olympiens aurait sans doute pu espérer un meilleur résultat, mais les hommes de Gennaro Gattuso ont, à chaque fois, craqué en fin de rencontre. Après le revers face aux Aiglons, le technicien italien a tout de même reconnu que ses joueurs étaient “sur la bonne route“.

Une chose est sûre, son groupe semble en tout cas être totalement derrière lui au vu des déclarations de Renan Lodi en zone mixte. Face aux médias, le défenseur brésilien a expliqué que l'OM était entre de bonnes mains.

“On a la chance de compter sur Gattuso”

C'est clair que nous ne sommes pas du tout satisfaits du résultat. S'il y a bien une équipe qui méritait de gagner, c'était la nôtre, a reconnu l'ancien de l'Atlético Madrid. On a eu plusieurs occasions de mettre un but, alors qu'eux ont marqué sur leur unique situation. On va continuer à travailler, on est sur le bon chemin. Je ne suis pas préoccupé parce qu'on a la chance de compter sur Gattuso qui nous communique sa force mentale, son envie de travailler avec sérieux. On a beaucoup travaillé la partie défensive pendant la trêve, après c'est sûr qu'on peut s'améliorer sur le plan offensif. On va bosser sur ce secteur pour être encore plus efficace face au but adverse.

Si des progrès sont visibles dans le jeu, les Phocéens commencent tout de même à prendre du retard sur les places européennes. Une victoire face à Lyon lors de la prochaine journée semble primordiale.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.