Accusé de racisme, un Mancunien défendu par Ten Hag

Une nouvelle polémique est apparue cette semaine à Manchester United, autour d'un jeune joueur, Alejandro Garnacho.

L'Argentin a publié sur un de ses réseaux sociaux une photo de son coéquipier camerounais André Onana, qui a arrêté un penalty lors de la dernière rencontre du club anglais, avec deux émojis de gorille. Par ce biais, l'attaquant voulait rendre hommage à son gardien de but, mais la FA (Fédération Anglaise) ne l'a pas perçu de la même façon. L'instance a en effet ouvert une enquête sur le sujet.

De son côté, l'ancien portier de l'Ajax et de l'Inter a publié un message sur Instagram. Dans ce dernier, l'international de 27 ans a assuré avoir compris le message de son coéquipier, qui désignait par les deux émojis animaliers la “puissance” et la “force” du gardien.

Ten Hag pas inquiet

En conférence de presse, cela a été au tour du coach des Mancuniens, Erik ten Hag, de prendre la défense d'Alejandro Garnacho, qui risque une sanction de la FA : “Inquiet ? Pas pour l'instant. Nous discutons avec la FA. Je veux insister sur le fait que nous sommes ensemble et unis. En plus, tout le monde a pu voir la publication d'André Onana”.

En 2020, l'Uruguayen Edinson Cavani, alors buteur de… Manchester United, avait écopé de trois matchs de suspension pour avoir utilisé le terme “negrito” (petit noir) dans un message public sur Instagram destiné à un ami. Le Cityzen Bernardo Silva avait lui été suspendu une rencontre après un tweet jugé raciste concernant son désormais ex-coéquipier Benjamin Mendy.

Sauf surprise, Alejandro Garnacho devrait donc écoper d'au moins une rencontre de suspension, si la FA prend une décision historiquement conforme à ce qu'elle fait sur les affaires de ce style habituellement. L'ailier de 19 ans, sous contrat jusqu'en 2028 avec MU, a joué 11 matchs cette saison, pour 1 but et aucune passe décisive.

Maxime Brun
Rédacteur cinéphile et fan de l'OM, j'aime les numéros 10 et les jolies passes.