Lens : “Ce match face à l’OM revêt une importance pour…” le confidence de Haise

En clôture de la 12ème journée de Ligue 1, le RC Lens affronte l'Olympique de Marseille. Les deux équipes sont coincées dans le ventre mou du championnat.

Performants sur la scène européenne, Lens et l'OM connaissent davantage de difficultés en Ligue 1, où les deux clubs ne parviennent pas à faire une série pour recoller aux places européennes. Même si Franck Haise et Gennaro Gattuso ont, sans surprise, refusé d'évoquer un match décisif, les deux équipes jouent gros à Bollaert ce dimanche soir.

Le technicien italien, qui devra composer avec quatre absents, a en tout cas prévenu ses hommes : “Nous allons rencontrer des difficultés contre Lens, c'est certain, a-t-il soufflé en conférence de presse. Un résultat dimanche pourrait être positif pour le reste de la saison, mais il ne faut pas se mettre de pression. On le sait, il va falloir un grand Marseille, car on joue une équipe très embêtante, un 3-4-2-1 très agressif, une équipe très efficace. Nous ne l'avons pas préparé de la meilleure manière, car on n'a pas beaucoup d'énergie.

“Se rapproche des huit premières places”

Le discours de Franck Haise est dans le même ton, ce dernier insistant notamment sur la nécessiter de remonter au classement : “ En fin de saison dernière, à la 34ème journée, le match face à l’OM était déterminant, se remémore le technicien français. Mais au vu de notre position au classement, ce match revêt une importance pour essayer d’intégrer la première partie du tableau et se rapprocher des 8 premières places. Pour la suite, on verra, car certaines équipes ont pris de l’avance.

Le coach Sang et Or se méfie notamment de la solidité du bloc marseillais : “C’est une équipe très solide qui encaisse très peu de buts et donne peu d’occasions. Elle est très hermétique, pas facile à bouger ou à trouver des solutions. Elle est généreuse avec un effectif de qualité. À nous d’être à la hauteur et de trouver des solutions face à son bloc qui n’en laisse pas beaucoup“, a-t-il conclu.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.