Mercato - Reims : Will Still sur la short-list d’un club anglais !

Auteur d'un excellent début de saison avec le Stade de Reims, Will Still serait dans le viseur d'un club anglais. L'entraîneur belge a débuté sa carrière outre-Manche, du côté de Preston North End.

Ces derniers jours, le nom de Will Still est associé à plusieurs postes vacants. Dans l'Hexagone, le coach de 31 ans était lié à l'Olympique Lyonnais suite au départ de Fabio Grosso. Le natif de Braine-l'Alleud s'était chargé lui-même d'éteindre la rumeur : “J'en ai souri, j'en ai rigolé l'autre jour. Ce qui est bizarre, c'est que mon nom est cité à chaque fois qu'un entraîneur est viré. Est-ce que ça flatte l'ego ? C'est pas mal. Mais je ne me prends pas la tête. Je l'ai dit, je suis resté au Stade de Reims pour une raison et le Stade de Reims c'est très, très bien pour l'instant. On verra ce qui arrive par la suite, mais ce n'est pas à l'ordre du jour“, avait confié le Belge après la victoire de son équipe face à Strasbourg ce week-end.

Rebelote ce mercredi. Cette fois-ci, l'information nous parvient d'Angleterre où le sérieux Guardian affirme que Will Still est sur la short-list de Sunderland.

Still et Sablé ont les faveurs de la direction de Sunderland

Les Blacks Cats viennent de se séparer de leur entraîneur Tony Mowbray et auraient coché deux noms pour le remplacer : Will Still, mais également Julien Sablé, actuel adjoint de Francesco Farioli à l'OGC Nice. De son côté, RMC rappelle que l'entraîneur rémois s'était montré favorable à l'idée d'un retour en Angleterre en janvier dernier : “Si l'occasion se présente de retourner en Angleterre… Ce serait évidemment un rêve. Si ce n'est pas le cas, il y aura autre chose, ailleurs. Je n'ai jamais eu de plan de carrière ni d'objectifs à atteindre.

Il semble malgré tout difficile d'imaginer que Still décide de quitter la Champagne, alors que le club occupe la cinquième place de Ligue 1, pour rejoindre le 9ème de Championship.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.