OL : Fekir cash sur la situation du club

Formé à l'Olympique Lyonnais et joueur de l'équipe première de 2013 à 2019, Nabil Fekir continue de suivre les performances de son ancien club. Le milieu offensif est revenu sur la période difficile traversée par les Gones.

Grâce à une série de trois victoires consécutives pour conclure la phase aller, l'OL est enfin sorti de la zone rouge après son succès face au FC Nantes lors de la 17ème journée de Ligue 1. Une bonne dynamique insufflée par l'arrivée de Pierre Sage début décembre qui n'est d'ailleurs pas sûr d'être conservé après la trêve. “Je ne sais pas, je n’ai pas la réponse“, avait-il confié le 20 décembre dernier à propos de son avenir.

De l'autre côté de Pyrénées, Nabil Fekir suit l'évolution de la saison de ses anciens partenaires, lui qui s'est de nouveau blessé, moins d'un mois après son retour. Interrogé par la chaîne YouTube Pieds Carrés, l'ex-international français estime qu'il est difficile d'enchaîner les saisons dans le haut du classement.

“Les gens pensent que c’est facile d'être tout le temps à haut niveau”

Oui, je suis toujours l’OL, confirme le joueur de 30 ans. C’est vrai que ce n’est pas la situation la plus facile. Après, les gens pensent que c’est facile de tout le temps être à haut niveau, d’être constant, d’aller en Champions ou en Ligue Europa, mais c’est dur. Cette année, ils sont un peu dans le mal. J’espère que ça va aller pour eux.

Pour s'éloigner définitivement du bas de tableau, les dirigeants lyonnais ont prévu de recruter lors du prochain mercato hivernal. Un budget d'environ 50 millions d'euros a notamment été débloqué pour renforcer l'effectif courant janvier. Plusieurs joueurs pourraient également se voir indiquer la sortie dans le même temps.

Après un déplacement à Pontarlier en Coupe de France, l'OL ira au Havre pour le compte de la 18ème journée de Ligue 1.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.